Aller au contenu


Photo

La 1ère fanfic de Punch ! Et les suivantes...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
164 réponses à ce sujet

#161 CyberFred

CyberFred

    Modérateur

  • Modérateur
  • Réputation
    112
  • 4 205 messages
  • Genre:
  • Localisation:France

Posté 24 avril 2015 - 16h02

ok, je refais cela.


Visitez mon site sur :
Image IPB

#162 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    186
  • 3 471 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 24 avril 2015 - 20h17

Désolé CyberFred  ::sueur::

 

Je me demande d'ailleurs si l’appellation la plus juste ne serait pas "Neko Madoka no monogatari" ?

 

Il y a-t-il des japonisants dans la salle ?



#163 Olivier

Olivier

    Fan pour la vie

  • Modérateur
  • Réputation
    75
  • 4 050 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 24 avril 2015 - 21h06

L'histoire de Madoka-chat ?
Sinon si c l'histoire du chat de Madoka, je dirai Neko no Madoka no monogatari
I'm looking for the red straw hat...

#164 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    186
  • 3 471 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 24 avril 2015 - 21h54

Si j'en crois mes quelques notions de japonais, la particule "no" sert à exprimer le possessif (ex : Madoka no neko = le chat de Madoka) ou l'origine (ex : Minami no kaze = le vent du sud).

 

La signification de mon titre est ici : l'histoire/le conte/le récit de Madoka-chat(te).

 

Si l'on prend le Conte de la Princesse Kaguya en japonais cela donne "Kaguya-hime no monogatari'.

 

Par contre, le Conte du Coupeur de Bambous donne en japonais "Taketori monogatari".

 

(Je n'ai bien sûr pas la prétention d'hisser mon humble récit au niveau de ces chefs-d’œuvres.)

 

Je suis perplexe  ::hm::



#165 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    186
  • 3 471 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 22 décembre 2017 - 18h05

Oyé oyé ! Bonne nouvelle !

 

Je viens à l'instant de terminer une histoire courte ! La même que celle que j'ai montré à FrozenOwl. Son retour positif m'a motivé et l'inspiration m'est venue subitement.

 

Voici le texte brut. Une version corrigée sera publiée début 2018. Enjoy :)

 

Bonjour à tous. C’est moi Kasuga Manami qui serait la narratrice de cette histoire. Comment ? Vous êtes déçus que cela ne soit pas mon grand-frère ? Ce n’est pas parce que c’est lui le narrateur principal de la série que cela fait de lui le seul héros de l’histoire ! Cette série s’appelle « Kimagure Orange Road » et non pas « Kyôsuke et compagnie » non ? Alors cette fois-ci, c’est moi qui suis capricieuse et qui prend le contrôle de cette histoire. Non, mais des fois !

Hum, reprenons depuis le commencement. Cette histoire est arrivée pendant les vacances d’été. Toute la famille était partie passer quelques jours de vacances chez grand-père et grand-mère. Ces vacances étaient passées tellement vite que nous devions déjà repartir à Tokyo le lendemain. Il ne restait plus qu’une semaine avant la reprise des cours, et pensant à la quantité de tâches qu’il me restait encore à accomplir, j’étais plus déprimée que jamais. Je me mis alors à soupirer à haute voix :

- Pfff…

- Cela ne va pas Manami, me demanda grand-mère qui débarqua dans la pièce à ce moment précis. Qu’est-ce qui te tracasse mon enfant ? Il te reste pourtant encore une semaine de vacances non ?

- Ah grand-mère tu es là ! lui répondis-je. Si tu savais combien ma vie est difficile avec cette famille… Papa n’est presque jamais à la maison, grand-frère passe son temps à courir les jupons, et Kurumi à s’amuser avec Jingoro. Je suis la seule responsable à la maison, du coup, c’est toujours moi qui m’occupe de toutes les corvées !

- Je te plains Manami. Ta vie ne doit pas être facile tous les jours, me confirma grand-mère. Mais, tu n’es pas démunie, tu as le Pouvoir pour t’aider non ?

- C’est vrai qu’à la maison je peux utiliser le Pouvoir mais… il ne m’est pas utile pour tout. La journée est courte et je n’ai que deux bras ! Je ne te parle même pas de ma vie sentimentale qui est quasi inexistante ! Comment trouverais-je le temps pour sortir avec ce sympathique garçon ? Venant de réaliser que je venais de parler à voix haute, je mis aussitôt ma main devant la bouche.

- Ah, je comprends, dit grand-mère le regard pétillant. Il s’agit d’un garçon !

- Oui, enfin, euh pas que… J’étais rouge comme une écrevisse et je n’osais plus regarder grand-mère dans les yeux.

- En fait, tu aimerais avoir de l’aide à la maison, et en même temps pouvoir t’amuser dehors. N’ai-je pas raison Manami ?

- Oui c’est cela grand-mère, lui répondis-je la tête toujours baissée. Mais c’est impossible, je ne peux pas me multiplier…

- Hum, réfléchit grand-mère, j’ai peut-être la solution pour toi. Figure-toi qu’à ton âge, j’avais aussi des problèmes de ce genre. Mais, j’ai aisément surmonté cette difficulté.

- Tu t’es servie de ton Pouvoir pour te cloner ou quelque chose dans le genre ?

- Bon, c’est un peu particulier, je peux t’aider, mais avant tout, tu dois me promettre de ne révéler ce secret à personne.

- C’est promis grand-mère.

- Bon, suis-moi Manami.

- Oui grand-mère.

Je suivis alors grand-mère au grenier. Elle se mit à chercher partout un meuble en particulier. Soudain, elle finit par tomber sur un grand meuble recouvert d’un drap poussiéreux. Elle retira légèrement le drap pour vérifier ce qu’il y avait en dessous et me dit :

- C’est bien ce que cherchait. Mais il est bien trop lourd pour que je le porte. Je vais le téléporter dans le jardin. Prends ma main Manami.

Je fis un hochement de tête à ma grand-mère, et l’instant d’après nous étions toutes les deux, ainsi que le meuble, téléportés dans le jardin derrière la maison. Je serais toujours surprise par l’ampleur des pouvoirs de mes grands-parents !

- Manami, aide-moi à retirer le drap me demanda grand-mère. Je ne tiens pas à abîmer ce meuble.

- Oui grand-mère.

A nous deux, nous soulevâmes le grand drap devenu gris et alourdi par des années de poussière. A ma grande surprise, je découvris qu’il s’agissait en fait d’un grand miroir sur pied qui faisait un peu plus de ma taille en hauteur.

- Voilà ce que je voulais te montrer Manami, dit grand-mère en caressant le miroir.

- Ce grand miroir, grand-mère ?

- Ce n’est pas n’importe quel miroir Manami. Il s’agit d’un miroir magique.

- En quoi ce miroir peut-il être magique ? Il est capable de te dire « qui est la plus belle » comme dans Cendrillon ?

- Ha, ha, ha ! Pas du tout. Mais c’est encore mieux que cela, fit malicieusement grand-mère. Si ce miroir est aussi grand, c’est pour qu’il puisse refléter ton image de la tête aux pieds.

- Oui, en effet il est à la bonne taille, répondis-je en m’admirant dans le miroir. J’aimerais bien en avoir un comme celui-ci à la maison, cela m’aiderait à choisir mes robes.

- Ce miroir a un tout autre usage : il est capable de créer jusqu’à quatre clones de la personne qui se reflète intégralement dedans.

- Quatre clones ? J’étais bouche bée tant j’avais du mal à croire ma grand-mère. Mais comment est-ce possible ?

- Eh bien, le procédé ressemble un peu à un de vos appareils modernes que vous appelez comme déjà… ah oui, une photocopieuse ! Tu dois d’abord faire « une copie » de toi, puis la copie fait une autre copie et ainsi de suite jusqu’à ce que vous soyez cinq.

- Mais pourquoi cinq ? demandai-je dubitative. On pourrait très bien en faire plus ou moins ?

- Je n’en connais plus précisément la raison, s’interrogea grand-mère en nettoyant ses lunettes. Cela fait tellement longtemps que je ne m’en suis pas servi que je ne m’en souviens plus. Tout ce que je sais, c’est qu’il faut suivre une méthode scrupuleuse pour se servir de ce miroir magique… sinon les conséquences en seraient terribles !

- A ce point-là ? lui demandai-je terrifiée. Quelles conséquences exactement ?

- Cela aussi, je l’ai oublié… Mais, Manami, tu es une fille sérieuse, j’ai confiance en toi. Je sais que tu sauras suivre les instructions à la lettre.

- Je vais les prendre en note sur mon calepin, en tant que fille prévoyante, j’ai toujours un calepin et un crayon sur moi !

- Très bien Manami, voici les instructions :

1) La surface du miroir doit être propre avant chaque utilisation,

2) Pour créer un clone, il faut prononcer en regardant le miroir « Ô miroir magique réalise un double de moi s’il-te plaît» et ensuite il faut faire un tour sur soi-même à 360° pour que le miroir copie entièrement le modèle,

3) Quatre « clones » doivent être créés, ni plus ni moins, d’une même personne, selon le procédé que je t’ai expliqué auparavant,

4) L’utilisateur reste le seul et unique « maître » et doit attribuer des ordres précis à chaque clone,

5) Les clones disparaissent automatiquement au coucher du soleil. Ils ne peuvent donc être utilisés que durant la journée,

6) Chaque clone est l’exacte réplique physique et psychique du modèle d’origine. Il n’est pas possible pour l’original de bénéficier des efforts physiques ou intellectuels engendrés par ses clones. En d’autres mots, si tu as, par exemple, des leçons à apprendre cela ne te sers à rien de les faire apprendre à tes clones. Ce qu’ils ont appris disparaîtra en même temps qu’eux.

- Voilà, je pense t’avoir dit l’essentiel. J’espère que tu as bien tout compris Manami ?

- Oui grand-mère, affirmai-je tout en peaufinant mes notes. De toute façon, en cas de problème, je pourrais toujours t’appeler pour le service après-vente.

- Le service après quoi ? Encore une de ces nouveautés de la ville…

- Euh oui grand-mère ce serait trop long à t’expliquer. Sinon, comment vais-je le rapporter à la maison ?

- Tu n’auras qu’à demander à ton père et à Kyôsuke de le porter.

- Et pour le rapporter ?

- Grand-père et moi nous viendrons le récupérer dans une semaine. Il nous suffira de combiner nos Pouvoirs pour nous téléporter avec le miroir.

- Très bien, mais pourquoi n’emploierai-tu pas le même procédé pour l’aller ?

- Cela ne fera pas de mal à ton père et à Kyôsuke de faire un peu d’exercice ! ria grand-mère.



Une fois de retour à la maison, je choisis l’endroit le plus approprié pour ce miroir : la chambre que je partage avec Kurumi. Je me mis aussitôt à m’admirer dans le miroir et une pensée me traversa soudainement l’esprit : comment pourrai-je différencier mes doubles ? Des vêtements différents ? Des coiffures différentes ? Non, tout cela est bien trop compliqué… Comme je n’arrivais pas à me décider, je me mis à faire du rangement pour m’éclaircir les idées. C’est alors que je tombais sur le dossard que j’avais cousu pour Kurumi lors de la dernière compétition sportive. Mais oui ! Je vais coudre quatre dossards numérotés de 2 à 5 ! Quelques vieux draps blancs, un peu de fil et un marqueur noir épais et le tour était joué ! Comme j’étais seule pendant encore plusieurs heures, je fis immédiatement un essai du miroir en lui parlant :

- Ô miroir magique réalise un double de moi s’il-te plaît ! Puis je fis un tour à 360° sur moi-même.

Le miroir se mit à briller avec intensité et je fus ébloui l’espace d’un instant. Lorsque je recouvris la vue, une copie parfaite de moi-même se tenait devant moi et aussitôt nous nous exclamâmes de concert en nous touchant index contre index :

- Incroyable mais c’est moi !

Il fallait que je garde le contrôle sur les évènements, et d’un ton sérieux, je m’adressai à la Manami numéro 2 :

- Je suis la véritable Manami. Tu es une copie de moi-même créée à l’aide de ce miroir magique et tu disparaîtras automatiquement au coucher du soleil. Tu comprends ?

- Cela paraît tout de même incroyable ! s’exclama la Manami numéro 2 quelque peu perplexe. Mais, connaissant les incroyables pouvoirs de notre famille, je veux bien admettre que cela soit possible…

- Tu ne me crois pas ? lui demandai-je.

- Nous sommes identiques, donc je sais que tu ne mens jamais, affirma la Manami numéro 2. Euh… comment dois-je t’appeler au fait ?

- Tu peux m’appeler « Manami numéro 1 » et je t’appellerai « Manami numéro 2 ».

- Entendu Manami numéro 1 ! Alors que suis-je censée faire ?

- Eh bien, tout d’abord, il faut encore créer trois autres Manami...

- Tu veux dire que nous serons en tout cinq Manami ?

- Oui, je vais t’expliquer…

C’est ainsi que j’expliquai toute l’histoire à la Manami numéro 2. Elle put ensuite créer la Manami numéro 3 et ainsi de suite jusqu’à la Manami numéro 5.

Une fois les dossards distribués, je répartis les tâches :

- Manami numéro 2 tu nettoieras la salle de bain. Manami numéro 3 tu cuisineras pour le dîner. Manami numéro 4 tu passeras l’aspirateur dans toutes les pièces. Manami numéro 5 je te confie l’argent et la liste des courses à faire. Quant à moi, j’ai des devoirs à faire et je dois réviser pour l’interrogation écrite de mathématiques de demain matin. Mesdemoiselles, je compte sur vous ! leur dis-je en m’inclinant

- C’est compris Manami numéro 1 ! dirent en cœur les quatre autres Manami en s’inclinant devant moi.

Chaque Manami, moi y compris, s’affaira à sa tache et, avant le retour de la petite famille au grand complet, tout était fin prêt… et à moindre effort ! Mais il ne fallait pas que les autres Manami soient vues et je leur dis :

- Allez vite vous cacher ! Vous devriez disparaître dans quelques minutes.

Une Manami se cacha sous mon lit, une autre dans la douche, une dans une armoire et la dernière se téléporta en catastrophe à l’extérieur.

Comme à l’accoutumée, tout le monde mangea, vaqua à ses occupations habituelles et alla se coucher.

Une fois dans mon lit je me dis : Ouf ! Tout s’est bien passé ! Pour un premier essai, c’était réussi. Je vais devoir régler certains petits détails dans l’organisation et tout devrait être parfait ! Du moins, c’est ce que je pensais à ce moment-là…



Le jour J était finalement arrivé, j’allais enfin pouvoir accepter l’invitation à sortir d’Akira Yamato ! Vous ne le connaissez pas ? Voyons voir… il est dans la même école que moi, la même année, mais il n’est pas dans ma classe. Physiquement, il ressemble un peu à mon grand-frère Kyôsuke mais avec de grosses lunettes. La seule chose dans laquelle il soit doué, ce sont les études. Il a toujours le nez plongé dans un bouquin… c’est d’ailleurs sans doute ce qui lui a valu de porter ces grosses lunettes. Sinon, c’est quelqu’un de plutôt réservé et qui a de très bonnes manières. Ce n’est pas le genre de garçon à embêter les filles en essayant de regarder sous leur jupe si vous voyez ce que je veux dire !

Un jour, il m’a demandé de l’attendre derrière le gymnase après les cours. Il m’a avoué qu’il était tombé amoureux de moi car il me trouvait à la fois très jolie et très studieuse ! Il voulait sortir avec moi et il voulait savoir si j’étais d’accord. J’avais déjà eu droit à plusieurs confessions de ce genre, mais c’était bien la première fois que le garçon était sincère… Sur le coup, j’étais devenue rouge comme une carpe, et j’eus un mal fou à ouvrir la bouche. Je ne pus que bégayer quelques mots incompréhensibles… Mais il fut charmant, et me dit qu’il pouvait patienter le temps nécessaire avant d’avoir ma réponse. Il me laissa un morceau de papier avec son numéro de téléphone avec les moments où je pouvais le joindre.

Profitant d’un moment où j’étais seule à la maison, je l’avais appelé pour accepter son invitation mais j’avais bien précis que c’était uniquement « en tant qu’amis ». Nous avions rendez-vous dans le parc à 11h. Je m’étais mise sur mon 31 avec les vêtements que j’avais achetés spécialement pour l’occasion et j’étais, bien entendu, arrivée en avance. Il n’était pas encore 11 heures qu’Akira me rejoignît :

- Bonjour Manami, je vois que tu es toi aussi en avance.

- Ne t’inquiètes pas Akira, lui répondis-je légèrement angoissée, je viens juste d’arriver.

- Bon, ne perdons pas de temps, fit-il en me prenant par la main, je nous ai préparé un emploi du temps chargé !

- Oui, oui, allons-y…

Je ne m’attendais pas à une telle fougue de sa part, mais quelque part, j’étais rassurée qu’il prenne en main les commandes de ce rendez-vous. Qu’aurions-nous fait si, par la timidité qui nous caractérise, aucun de nous n’avait agit ?

Le déroulement de ce rendez-vous ? C’est privé ! Le programme ? Une balade en barque sur le lac, un déjeuner dans un restaurant familial, un bowling et une séance de cinéma pour terminer. Enfin, c’est ce qui était prévu…

J’étais tranquillement assise à côté d’Akira au cinéma. Le film n’était pas terrible, mais l’ambiance était romantique et j’étais fatiguée de cette longue journée plutôt sportive. Tout s’était jusque-là bien passé (comprenez par là qu’Akira a gardé une attitude « chevaleresque » tout au long de la journée) jusqu’à ce qu’une voix ne cesse de m’appeler :

- Psst, psst, psst !

C’était une autre Manami ! Elle avait l’air assez paniquée et me fit signe de la rejoindre à l’extérieur de la salle. Je dis alors à voix basse à Akira :

- Excuse-moi un moment, je dois aller aux toilettes.

Akira se contenta de me répondre d’un hochement de la tête. Il faut dire qu’il était totalement plongé dans le film. J’avais préalablement confié les taches domestiques aux autres Manami qui devaient rester à la maison. Je leur avais laissé un mot sur lequel figurait l’emploi du temps qui était prévu. J’avais bien spécifié de ne venir me retrouver qu’en cas d’urgence absolue. La situation devait être grave ! Je me précipitai à l’extérieur de la salle en essayant de déranger le moins possible. La Manami numéro 5 m’attendait à l’extérieur :

- Manami numéro 1, dit elle exténuée, je t’ai cherchée partout ! C’est une catastrophe ! Il faut que tu rentres tout de suite à la maison !

- Que je rentre tout de suite ? lui répondis-je. Mais c’est impossible, je ne peux pas abandonner Akira en plein rendez-vous ! Essaye de te calmer, et explique-moi exactement ce qui se passe.

- Très bien Manami numéro 1, je vais essayer de faire court.



Aujourd ‘hui, moi Kasuga Kyôsuke, me suis encore fourré dans un sacré pétrin… Comment ? Pourquoi suis-je le narrateur de cette histoire ? Mais voyons, c’est mon histoire alors c’est moi qui doit en parler forcément… C’est Manami l’héroïne cette fois-ci ? Mais non, c’est une blague vous vous moquez de moi ! Mais vous êtes qui d’abord ? Qu’est-ce que vous faites dans ma tête ? Je dois être en plein rêve c’est ça ! Bref, reprenons... Encore une fois, j’ai donné rendez-vous à Ayukawa et à Hikaru-chan en même temps ! Décidément, je suis toujours incapable de leur dire non et, l’incident de la dernière fois avec bibliothèque et la piscine ne m’a pas servi de leçon ! Cependant, cette fois-ci, pas question d’utiliser le Pouvoir pour me rendre aux deux endroits en même temps… Tant pis, je vais devoir leur mentir. Je vais leur téléphoner à chacune et leur dire que je suis tombé subitement malade. Je ne vais pas courir le risque de mentir à l’une et pas à l’autre, car, avec la chance que j’ai, je serais bien capable de tomber nez à nez avec l’une si je venais à sortir avec l’autre ! Oui, c’est ma meilleure option, je vais tout annuler. Allez, un petit tour aux toilettes et je retourne me coucher...

- Hein ! Mais ce n’est pas ma chambre ! m’écriai-je à haute voix. Qu’est-ce je fais dans la chambre des jumelles ? Tiens, il est nouveau ce miroir ? Je ne l’avais jamais vu auparavant. Hum, il y a un carnet de notes posé à côté. Il y avait marqué « comment utiliser le miroir magique de grand-mère ».

Juste au moment où je m’apprêtais à lire le carnet, Jingoro déboula soudainement dans la chambre ! Surpris, je laissai tomber le carnet et la bête en furie le lacéra avec ses griffes !

- Jingoro ! lui dis-je en l’attrapant au vol. Mais qu’est-ce qui t’arrive ?

- Miaaaou ! Miaaou ! Miaou !

Notre pauvre chat semblait tout effrayé. A travers son épaisse fourrure, je pouvais sentir son cœur battre la chamade. Sans doute avait-il fait un cauchemar dans lequel mes sœurs lui faisaient encore des ennuis…

- Tout va bien Jingoro, tout va bien, lui dis-je en lui caressant la tête. Tu as de la chance, Manami et Kurumi ne sont pas là, sinon elles t’auraient bien disputé !

- Miaou !

Jingoro sembla alors reprendre son état normal et sortit tranquillement de la pièce. Alors que je tentais de remettre de l’ordre dans la chambre, je m’aperçus que le carnet de Manami était complètement en lambeaux ! Zut ! Et moi qui voulait utiliser ce miroir pour mon rendez-vous ! Par chance, une partie du texte était encore déchiffrable : « Ô miroir magique réalise un double de moi s’il-te plaît ! Puis faire un tour à 360° sur soi-même… ». Le reste était complètement illisible.

- Allez Kasuga Kyôsuke soit un homme ! dis-je à haute voix pour me motiver. Tente ta chance cela ne peut pas être pire que maintenant ! Ô miroir magique réalise un double de moi s’il-te plaît ! Puis je fis un tour à 360° sur moi-même.

Pouf, l’instant d’après je me retrouvais nez à nez avec mon parfait jumeau !

- Incroyable ! dis-je à mon clone en lui touchant le bout du nez. Mais c’est mon portrait craché !

- Tu me voles ma réplique Kyôsuke !

C’est alors qu’une idée envahit soudain mon esprit… Ce serait formidable d’avoir plusieurs Ayukawa ! Un harem personnel avec des « Madoka » qui seraient aux petits soins pour moi… Des images érotiques que je ne peux vous décrire me ramenèrent soudainement à la réalité ! Komatsu, Hatta, décidément les gars, vous avez vraiment une influence trop néfaste sur moi !

- Bon, Kyôsuke, tu vas au rendez-vous avec Hikaru-chan et moi je vais à celui avec Ayukawa !

- Heeein ! Non je ne suis pas d’accord ! C’est moi qui irai avec Ayukawa !

- Très bien, très bien, j’ai compris. On va la jouer à pierre, papier, ciseaux.

Ou du moins c’est que je croyais ! Au bout d’un intense quart d’heure, il n’y avait toujours aucun gagnant. Forcément, à chaque fois, nous jouions la même chose !

- J’abandonne c’est sans issue ! J’accepte d’aller avec Hikaru-chan. Tu peux aller avec Ayukawa.

- Ne soit pas déçu. Après tout, nous ne formons qu’une seule et même personne.

Le véritable double rendez-vous pouvait donc bien avoir lieu !



J’avais rendez-vous avec Ayukawa devant le cinéma. Pour une fois, j’étais à l’heure, et elle était là à m’attendre patiemment. Elle était vêtue d’un t-shirt noir surmonté d’une veste en jean à manches courtes, d’un bermuda jaune et de baskets blanches. Comme toujours, sa tenue était à la fois décontractée et élégante. Je devrais peut-être lui demander des conseils vestimentaires… Ou bien serait-ce tout simplement qu’Ayukawa peut porter n’importe quoi et rester toujours aussi féminine.

- Kasuga-kun, j’ai failli attendre, dit Ayukawa un peu boudeuse. J’ai bien cru que tu allais encore être en retard !

- Bonjour Ayukawa, lui répondis-je un peu gêné. Comme tu peux le voir sur cette pendule, je suis juste à l’heure.

- Allez viens, ne perdons pas de temps, le film va commencer, dit-elle en me traînant par le bras. Ce n’est pas que j’apprécie les publicités, mais j’ai horreur de me faire remarquer en arrivant en retard.

- Oui, oui… lui répondis-je en ayant juste le temps de la voir esquisser un sourire.



Quand à moi, Kyosûke n°2, ou n°1 je ne sais plus, j’étais devant le Dac Monald en train d’attendre Hikaru-chan. Aujourd’hui, il y avait une nouvelle glace à l’orange en série limitée qu’elle voulait absolument goûter. Cela faisait des semaines qu’elle nous en parlait à Ayukawa et moi. Cela ne me tentait pas plus que cela, Ayukawa non plus d’ailleurs, mais je tenais à faire plaisir à Hikaru-chan… Cela s’annonçait compliqué car la fille d’attente était bien plus importante que ce que j’aurais imaginé pour une pareille occasion.

- Youhou Darling ! cria soudainement Hikaru-chan en me faisant coucou de la main au loin. J’arrive !

Hikaru-chan portait un petit chapeau rond à bord jaune, une robe légère à carreaux jaunes et blancs et des sandales blanches qu’elle avait à la main. Visiblement, elle les avait retirées pour courir plus vite.

- Hikaru-chan ça va ? lui demandais-je. Tu as l’air toute essoufflée.

- Excuses-moi Darling, fit-elle en tentant de reprendre une respiration normale. J’ai couru aussi vite que j’ai pu pour te rejoindre. Ma mère m’a demandé de lui faire des courses « urgentes » selon elle et voilà je suis en retard !

- Ne t’en fais pas Hikaru-chan. J’ai fait la queue pour deux, mais il y avait déjà du monde quand je suis arrivé.

- Merci pour tout ! J’espère qu’ils auront prévu des stocks suffisants car j’ai encore plus envie d’une glace après cet effort pour arriver jusque ici !

Je ne veux pas paraître pessimiste, mais vu le monde, j’espère sincèrement qu’Hikaru-chan va pouvoir avoir sa glace ! Sinon, la connaissant, j’aurais bien du mal à la consoler…



- Alors, si j’ai bien compris Manami n°2, tu dis que notre grand-frère Kyôsuke s’est servi du miroir pour créer une copie de lui-même ?

- Oui, c’est bien cela Manami n°1. Le souci est que j’ai retrouvé au pied du miroir notre carnet complètement déchiré !

- Attends une minute, tu penses la même chose que moi ?

- Grand-frère n’a pas utilisé correctement le miroir !

- Mais c’est terrible qu’allons nous faire ?

- Pas de panique ! Raisonnons calmement… Oui ! Il faut appeler grand-mère !

En tant que responsable, moi Manami n°1, me précipitai sur le téléphone :

- Allô grand-mère ? C’est moi Manami.

- Ah Manami. Cela me fait plaisir de t’entendre. Tu vas bien ? Mon miroir t’ai-t-il utile ?

- Grand-mère, c’est justement pour cela que je t’appelle. J’ai bien peur que nous ayons de graves problèmes. Grand-frère s’est servit du miroir je ne sais trop comment pour créer une copie de lui-même.

- Pas de panique mon enfant. Alors, réfléchissons, nous avons donc quatre copies de Manami et une copie de Kyôsuke… Attends voir, mais ce n’est pas possible ! Le miroir ne peut reproduire l’image que d’une seule personne à la fois !

- Si, si je t’assure grand-mère. Manami n°2 a vu sortir deux Kyôsuke !

- Hum, cela fait longtemps que je n’ai plus utilisé ce miroir. Je ne me rappelle plus de tous les détails. Peut-être a-t-il perdu de son pouvoir avec le temps ou bien s’est-il déréglé ? Il faudrait que je demande à grand-père mais il s’est absenté dans la montagne…

- C’est terrible ! Quand doit-il rentrer ? Qu’allons nous faire ?

- Allons allons ma petite fille. Il n’y a plus qu’à attendre le coucher du soleil et tout devrait rentrer dans l’ordre… ou pas

- Grand-mère, je n’ai pas bien entendu la fin de ta phrase… Ah zut ! Nous avons été coupé !

- Alors Manami n°1, qu’allons nous faire ?

- Comme nous ne savons ni ce qu’il faut faire ni où se trouvent nos « deux » grands-frères, il n’y a plus qu’à attendre le coucher du soleil et espérer…



Au cinéma, le film, du lenteur effarante, m’ennuyait au plus haut point. J’avais du mal à cacher mes bâillements à Ayukawa. Mais, heureusement, elle semblait captivé par le film et ne prêtait guère attention à moi. Tout à coup, j’eus un très violent mal de ventre. Cela ne m’étais plus arrivé depuis la fois où j’avais attrapé la gastro-entérite, où, après un excès de pâtisseries cuisinées par Hikaru-chan, j’avais passé une semaine entière à être malade. Ne tenant plus, j’interpellai Ayukawa :

- Psst. Ayukawa ?

- Qu’est-ce qu’il y a Kasuga-kun ?

- Excuses-moi, mais j’ai très mal au ventre. Je dois tout de suite aller aux toilettes.

- C’est vrai que tu n’as pas l’air bien. Tu es tout pâle. Je peux faire quelque chose pour t’aider ?

- Non, je vais me débrouiller tout seul. Je préfère que tu restes regarder le film, je ne voudrais pas gâcher ton plaisir. Je te rejoindrai dans la salle dès que possible.

Incapable de tenir plus longtemps, je filais aux toilettes en quatrième vitesse.



Pendant ce temps-là , devant le restaurant, c’était enfin au tour d’Hikaru-chan et moi d’avoir nos glaces… Sauf que l’un des employés afficha après la porte un panneau indiquant « stock de glace spéciale à l’orange épuisé ».

- Non ce n’est pas possible ! gémit Hikaru-chan. Tant pis, je rentre quand même. Suis-moi darling !

- Mais, Hikaru-chan, s’il n’y en a plus il n’y en a plus…

- Je veux voir le responsable tout de suite !

- Mais voyons mademoiselle, dit un employé en tentant de la calmer. Ce n’est pas la peine de vous mettre dans un état pareil ! Veuillez respecter les autres clients de ce restaurant s’il-vous plaît.

- Vous auriez pu prévoir une quantité plus importante de glaces ! S’il-vous plaît, il vous en reste bien au moins une ?

Devant l’agitation ambiante, le responsable sortit en vitesse de son bureau avant que la situation ne dégénère.

- Mademoiselle Hiyama ! C’est vous qui faites tout ce raffut ?

- Ah bonjour Monsieur Paul. Je suis ravi de vous revoir !

- Allons, allons, quel est l’objet de votre mécontentement ?

- Je voulais juste une de vos glaces spéciales à l’orange, dit tristement Hikaru-chan. Cela fait plusieurs heures que mon petit ami et moi faisions la queue. Et, juste quand c’était notre tour d’être servis il n’y en a plus…

- Ne faites pas cette tête. Je préfère largement vous voir sourire… Jim, allez me chercher deux glaces à l’orange de ma réserve spéciale !

- Oui chef tout de suite ! et l’instant d’après il couru en direction des cuisines avant de revenir avec deux glaces. Les voilà !

- Merci Monsieur Paul vous êtes adorable ! dit Hikaru-chan en lui sautant au cou. Je savais que vous étiez un homme bon.

- C’est bien naturel, dit le responsable qui tentait de se libérer de l’étreinte d’Hikaru-chan. Je vous dois bien cela après tout ce que vous avez fait pour moi la dernière fois.

- Hikaru-chan, lui demandais-je surpris, je ne savais pas que tu connaissais le responsable de ce restaurant ?

- Ah ? Je ne t’avais pas dit que j’avais travaillé ici pendant les vacances ?

- Non, enfin je ne crois pas…

- Mais si, voyons. J’avais mis ce si mignon petit uniforme et les clients se bousculaient pour entrer dans le restaurant !

- C’était donc dans ce restaurant !

- Tiens darling voici ta glace.

- Merci Hikaru-chan… Argh mon ventre ! Vite les toilettes !

- Darling ? Cela ne va pas ? Darling…



Après une longue période d’angoisse, je vis les quatre copies de moi-même disparaître au couché du soleil. C’est alors que le téléphone se mit à sonner :

- Résidence Kasuga. Manami à l’appareil.

- Manami ? C’est grand-père. Grand-mère m’a fait revenir pour une urgence paraît-il ?

- Oui c’est au sujet du miroir magique…

- Ah ce vieux miroir ! J’ignorais qu’il avait encore des pouvoirs…

- Que veux-tu dire ?

- C’est un très vieil héritage « familial » qui a beaucoup servi. Je croyais qu’il ne fonctionnait plus. D’ailleurs, je crois me souvenir que grand-mère avait du arrêter de s’en servir à cause de certains effets secondaires… Cela ne te dis rien grand-mère ?

Après quelques instants de flottement, grand-mère prit le téléphone :

- Ça y est je m’en souviens ! Si tu fais moins de quatre copie d’une même personne, l’original et ses copies sont frappés aléatoirement par diverses maladies. Je crois avoir eu une forte fièvre et c’est grand-père qui m’a soignée. C’est pour cela d’ailleurs, que je ne me souvenais de rien.

- Il y a t-il un remède alors ?

- Non, pas besoin de remède, repris grand-père. La maladie est tout aussi fictive que les copies créées. Il faut juste attendre que cela passe.

- Mais grand-frère n’est toujours pas rentré de son rendez-vous !

- Bah cela lui fera les pieds ! Il n’avait qu’à pas utiliser un objet sans en connaître son fonctionnement !



Le lendemain matin, alors que l’aube pointait à peine, je fus réveillée par un gémissement qui venait de dehors :

- Manami, Kurumi, vous êtes-là ?

Je pris juste le temps de mettre mes lunettes avant de regarder par la fenêtre. C’était Kyôsuke qui m’appelait !

- Grand-frère ! Tu es enfin rentré ! Mais où étais-tu passé ? J’étais morte d’inquiétude !

- Je… J’étais coincé aux… Enfin, j’ai complètement raté mes rendez-vous et…

- Bon ce n’est pas grave, lui répondis-je soulagée, dépêche-toi de rentrer avant que Papa ou Kurumi ne t’aperçoive !

- Euh, j’ai perdu les clés…

- J’enfile un peignoir et je descends t’ouvrir.

Mais qu’avait-il bien pu se passer pour Kyôsuke ? L’essentiel est qu’il aille bien, mais quand même rentrer à une heure pareille…

C’est alors que Kurumi et papa se réveillèrent :

- Manami, mais voyons que se passe-t-il ici ? dit papa en baillant. Tu as vu l’heure qu’il est ?

- C’est grand-frère, répondis-je en finissant de m’habiller. Il est en bas et il a perdu ses clés. Il faut que j’aille lui ouvrir.

- Kyôsuke ? s’interrogea mon père. Mais il est encore en train de dormir dans son lit !

- Oh non ! m’exclamai-je soudain en comprenant la situation. Ce n’est pas possible ! Il y a toujours deux Kyôsuke !!!

 

FIN

 

Merry Christmas  ::santa::






1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

  • Loading Countdowns