Aller au contenu


Photo

Pourquoi n'arrive-t-on pas à oublier KOR ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    282
  • 4 303 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 06 juillet 2021 - 17h22

Le projet de podcast de Kody soulève un point primordial : comment expliquer la longévité de Kor ? Pourquoi n'arrive-t-on pas à oublier KOR ?

La question est loin d'être évidente. Cela fait des années sur ce forum que nous entretenons le mythe, mais au fond pourquoi ?

 

Evidemment, comme la si bien dit Kody, nous aimons tous le personnage de Madoka, le character design d'Akemi Takada, les musiques de Shirô Sagisu, les couleurs pastels... mais au-delà des apparences, qu'est-ce qui nous retient vraiment ?
 
Je n'ai pas de réponse précise à cette question. Pour faire court, je pense que ce nous avons tous et toutes en commun c'est d'avoir été tout simplement adolescents. Tout le monde n'a pas pratiqué le football, le tennis, les arts martiaux, voyagé à travers le monde ou autre activité vue dans les animés de l'époque. Mais nous avons tous une famille, des animaux domestiques, été au lycée, eu des amourettes plus ou moins sérieuses... En dehors des pouvoirs psychiques, je pense que chacun d'entre nous peut quelque part se retrouver dans cette série.

 

Il y a aussi un évident côté nostalgie sublimée. Car l'adolescence est loin d'être rose (ou orange) avec les changements physiques et hormonaux chez les filles et les garçons (je ne vais pas détailler), la remise en question de l'autorité parentale et de la société des adultes, la fin de l'insouciance de l'enfance...

 

L'avantage d'une oeuvre figée dans le temps, c'est que les personnages ne vieillissent pas et que tout se termine bien pour l'éternité. Il y a un petit côté conte de fée avec "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Ce qui est rassurant dans un monde parfois sinistre et connaissant de fréquents bouleversements.

 

J'espère ne pas avoir trop paraphrasé Kody, mais la réflexion est longue et délicate... peut-être même sans fin.
 
J'étofferai peut-être plus tard, ce n'était qu'une accroche.
 
Le débat est ouvert :D



#2 CyberFred

CyberFred

    Modérateur

  • Modérateur
  • Réputation
    209
  • 4 913 messages
  • Genre:
  • Localisation:France

Posté 06 juillet 2021 - 18h09

Attends, Punch, la question n'est-elle pas, comme l'a exprimé Kody : "Pourquoi n'arrive-t-on pas à oublier KOR ?". Ta question veut sans doute être aussi celle-ci;

 

Mais pour moi, le mot "longévité" se traduit autour d'une notion de série qui continue de diffuser des épisodes.

 

Le débat est ouvert. est c'est un vaste débat. car chacun a sa réponse. Il va falloir que je m'y mette.


Visitez mon site sur :
Image IPB

#3 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    282
  • 4 303 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 06 juillet 2021 - 18h41

Quand je disais que les fans de Kor étaient exigeants :lol:

Vu qu'il y a ambiguïté, je vais modifier le titre.



#4 CyberFred

CyberFred

    Modérateur

  • Modérateur
  • Réputation
    209
  • 4 913 messages
  • Genre:
  • Localisation:France

Posté 06 juillet 2021 - 22h02

Ha ha merci, Punch :) 


Visitez mon site sur :
Image IPB

#5 FrozenOwl

FrozenOwl

    Fan Kor & âme

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • Réputation
    28
  • 492 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 08 juillet 2021 - 21h49

Les "grands esprits" se rencontrent. :) Je m'étais justement dit, après avoir écouté l'excellent podcast de Kody, que cela vaudrait le coup de créer un fil sur cette seule question!

Tout ce qu'a écrit Kody sur la nostalgie et ce que tu as écrit Punch sur l'adolescence idéalisée me semblent tout à fait juste. Et pourtant, je ne sais pas trop comment l'exprimer, je pense que c'est tout cela... et autre chose à la fois.

Je ne suis pas réellement nostalgique de ma vraie adolescence : je n'étais globalement pas très heureux, j'ai subi du harcèlement, j'ai eu des périodes scolaires moralement très dures, comme plein d'adolescents. Mais voilà, la seule chose qui trouve réellement grâce à mes yeux à cette époque-là, c'est KOR.

 

Bien avant d'en être nostalgique, KOR est l'une des rares séries dont j'ai littéralement pleuré la fin pendant plusieurs jours. Non pas parce que la fin de la série était triste (elle était belle, et frustrante aussi parce que la série animée laisse plusieurs questions en suspens), mais juste parce que... c'était fini. J'avais juste l'impression que l'on m'arrachait l'une des plus belles choses qui m'était arrivée dans la vie.

Je l'ai écrit dans mon témoignage, le demi-épisode 46 était le seul souvenir qui me restait de KOR sur une VHS (bien avant les DVD ou Internet) : je l'ai regardé chaque mercredi après-midi à mon retour du lycée, quand j'étais seul à la maison, et alors que le seul fait de vivre ma vie me semblait insurmontable. Et j'avais ce sentiment que c'était là le VRAI bonheur. Qu'il y avait comme un bug dans le tissu de la Réalité (comme dans Matrix!) et que le vrai bonheur, la vraie vie, était là, dans KOR. Que FONDAMENTALEMENT, KOR me mettait en contact avec la Réalité telle qu'elle devrait être, mais que quelque chose avait mer**é et que notre réalité "n'était pas la bonne".

Ce n'est pas juste de la nostalgie du passé. C'est de la nostalgie pour quelque chose qui n'a jamais été mais qui "devrait être". C'est ma profession de foi, comme pour un croyant. Un croyant te dira que si Dieu n'existe pas, alors la vie n'a pas vraiment de sens : et sans forcément penser à mettre fin à ces jours, il te dira que ça n'a pas trop de sens de continuer à la vivre.
Pour ma part et pour paraphraser Coluche, je dirais : "Vous connaissez la différence entre Dieu et KOR ? Et bien c'est que KOR, c'est vrai." Quand j'imagine le "but ultime" de ma vie, je me dis que c'est forcément en lien avec KOR.

Attention, cet idéal ne consiste pas juste dans le fait de regarder la série 243 fois : ce n'est qu'une série animée et je la connais par cœur.

Non, c'est "actualiser" KOR, ou plutôt "l'esprit de KOR" dans ma propre vie : au travers de mes relations, de mes actions, de la manière dont je conduis ma vie, de ma créativité inconstante (voir le thread "les projets avortés de FrozenOwl"). Je me vois créer un manga, voire une série animée "KOR-like". Et même si je ne crois pas vraiment à la vie après la mort, je me dis que la seule surprise qui ne me décevrait pas après cette existence-ci, ce serait de vivre un Eternel Eté.

Est-ce de la "folie", une maladie mentale ou une immaturité psychologique que de voir sa foi ainsi raccrochée à une œuvre de fiction adolescente? Peut-être. Probablement. Mais après tout, des philosophes bien plus brillants que moi ce sont posés au XXème siècle les mêmes questions sur la foi en Dieu.

Dit comme cela, cela a effectivement un caractère un peu absurde : comment imaginer un seul instant que la Réalité fondamentale ait un quelconque lien avec un dessin animé? Ce qui est certain, c'est que hormis sur ce forum, on ne va pas beaucoup s'étendre sur le sujet parce qu'on paraîtra un peu fêlé et on sera largement incompris...

Mais voilà : j'ai un excellent et très vieil ami avec qui j'ai souvent discuté de cela et qui a exactement la même conviction. Sauf que pour lui, c'est Saint Seiya. Et de la même manière, il essaye d'actualiser la réalité, l'esprit de Saint Seiya (le courage, la défense d'un Idéal, le Cosmos) dans sa propre vie. Il y arrive d'ailleurs remarquablement bien par son métier, ses actions et ses convictions et sans rester pour autant "figé" sur l’œuvre elle-même. Nous ne sommes pas destinés à vivre dans une nostalgie éternelle, mais à aller de l'avant en bâtissant notre vie sur les piliers fondamentaux de notre vie. Pour moi, KOR est l'un de ces piliers.

J'en suis donc venu à penser que cette conviction qui nous est propre que telle ou telle œuvre est "spéciale", est l'expression toute personnelle de notre transcendance : c'est ce qui nous rend humain, c'est ce qui a créé la foi en Dieu au fil des siècles.
Nous avons chacun une intériorité et nous pouvons sans raison être "appelés" par une œuvre qui résonne particulièrement avec cette intériorité.

Pour moi (et probablement pour nous tous sur ce forum), c'est KOR.

Pourquoi KOR et pourquoi pour nous spécialement?

Qu'est-ce que nous avons en commun dans notre psychisme profond qui font que nous nous rassemblons autour de cette oeuvre et pas d'une autre?

On en revient à la question du début à laquelle j'aurai tenté de répondre sans y répondre!

 






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

  • Loading Countdowns