Aller au contenu


Photo

Iroduku : le monde en couleurs


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    216
  • 3 887 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 18 janvier 2019 - 17h23

93855l.jpg

 

Ces derniers temps, grâce à mon essai chez Amazon Prime Video, j’ai regardé pas mal d’animés au format court de 12-13 épisodes environ. Parmi ces séries, j’ai envie aujourd’hui de vous parler de mon coup de cœur : Iroduku : le monde en couleurs. Une série de 2018 en 13 épisodes.

 

Le nom en français n’est pas très beau (ni très facile à retenir d’ailleurs), pourquoi n’ont-ils pas conservé le terme japonais du titre original« Irozuku » sekai no ashita kara que l’on pourrait traduire par les couleurs du monde de demain ? Bref, passons…

 

L’histoire tourne autour de l’héroïne, Hitomi, 17 ans, issue d’une lignée familiale de magiciens, mais qui suite à un traumatisme, déteste la magie et ne peut plus voir les couleurs. Elle vit en 2078 en compagnie de sa grand-mère prénommée Kohaku. Celle-ci, inquiète pour l’avenir de sa petite-fille, décide de l’envoyer 60 ans dans le passé (en 2018 donc) en lui donnant simplement une lettre destinée à ses ancêtres. Je précise que dans l'univers de cette histoire, les magiciens sont rares, mais ils pratiquent la magie publiquement et en font même commerce comme dans une pharmacie.

 

Hitomi va donc se retrouver dans un monde à la fois inconnu (différence de technologies) mais familier (elle est toujours dans sa ville d’origine). Très vite, elle va se faire des amis… dont sa grand-mère qui a le même âge qu’elle !

 

Sans trop dévoiler l’histoire, Hitomi va rejoindre le club scolaire de ses amis « MSB » (ou Mahô, Shashin, Bijustu / Magie, photographie et dessin). Au sein de ce groupe composé de 4 filles (Hitomi, Kohaku, Asagi, et Kurumi) et de 3 garçons (Yuito, Shô et Chigusa), les activités artistiques et les amours/amitiés vont être au cœur des péripéties de nos inséparables amis. Hitomi très effacée au début, va se laisser entraîner par sa « grand-mère » à profiter davantage de la vie. Bien sûr, de nombreuses questions se posent dont l’inévitable (?) retour d’Hitomi dans son époque…

 

Alors comment définir cette série atypique ? On y trouve pelle mêle de la magie, de l’humour, de l’émotion, des voyages dans le temps… Je pourrais simplement dire qu’il s’agit de tranches de vie lycéennes mâtinées de magie, mais cela ne saurait rendre justice à la poésie et à toutes les émotions qui s’en dégagent. La fin permet même d’être à la fois classique, originale et poignante.

 

Certes, au final, il ne se passe pas grand-chose dans cette série plutôt lente et parfois contemplative. Mais la réalisation est absolument magnifique (à voir absolument en 1080p) dans ses dessins, dans ses couleurs et dans ces musiques. On sent le mélange de plusieurs influences du Makoto Shinkaï pour les couleurs (merci aux couleurs par ordinateur), du Hayao Miyazaki, un peu de « Friends » ou même de Kor ;) Le tout reste frais et reposant, sans combats inutiles ou petites culottes opportunistes.

 

Une série coup de cœur, à voir même pour les amateurs de Mikadodo (ou Popocky en japonais) :D

 






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

  • Loading Countdowns