Aller au contenu


Photo

L’école impudique : source d’inspiration pour Kor ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
19 réponses à ce sujet

#1 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 20 avril 2020 - 16h15

Lors de sa venue en France, Izumi Matsumoto, a cité les auteurs et les œuvres l’ayant marqué dans sa jeunesse, et qui, quelque part, ont influencé la création de Kor. Parmi ceux-ci il y a  Gô Nagai.
 
Je me suis demandé quel pouvait être le point commun entre l’auteur connu surtout chez nous pour Goldorak et Kor ? En s’approchant plus près de la carrière de Gô Nagai on distingue trois courants narratifs : les robots géants, l’hyperviolence et l’érotisme dont trois œuvres majeures se dégagent : « Mazinger », « Devilman » et « Cutie Honey ». Les frontières entre ces trois types de récit peuvent être poreuses comme « Cutie Honey » : une jeune femme androïde qui se déshabille en changeant de costume pour se battre contre des monstres.
 
Parmi ses œuvres érotiques, il y a l’école impudique (ou harenchi gakuen en vo) cité expressément par Izumi Matsumoto. Le manga a été édité en France aux éditions Black Box en 6 tomes.
 
8bmf.jpg
 
Cette courte réflexion, qui pourra être étayée si elle suscite l’intérêt, sera décomposée en deux brèves parties : la présentation et mon avis global sur le manga et le personnage de Jûbei.
 
Le manga l’école impudique a été publié dans le Weekly Shônen Jump a partir de 1968. A sa lecture, on sent que l’auteur a voulu casser les codes, repousser les limites de ce qui était montrable et servira indéniablement de référence au genre comique et érotique/ecchi. Comment ne pas penser à des œuvres telles le collège fou fou fou ou tous les mangas harem existant de nos jours ?
 
On suit les « aventures » de Yasohachi Yamagishi surnomé « boss » par les garçons. Fils de boucher, il est plus enclin à la bagarre et aux jolies filles qu’aux études. Véritable bourreau des cœurs, il a un côté héroïque compensant, un peu, son côté pervers. Sa préférée reste néanmoins Mistuko Yagyû qu’il surnommera immédiatement « Jûbei ».
 
Si les élèves masculins ont leurs hormones qui leur travaille, les professeurs ne sont pas en reste. Très souvent, un chapitre se résume à qui aura la meilleure idée entre les élèves et les professeurs pour voir le maximum de filles nues…
 
La première partie du manga, qui correspond aux trois premiers tomes de cette édition, est vraiment hilarante avec une surenchère permanente en inventivité comico-coquine. C’est là que l’auteur décide d’une véritable guerre entre l’éducation nationale japonaise et l’école impudique car toutes les limites morales auraient été franchies. L’école est détruite et de nombreux personnages élèves comme professeurs meurent de façon violente.
 
La deuxième partie introduit de nouveaux personnages élèves et professeurs, mais même avec la présence de la charismatique Jûbei le cœur n’y est plus.  Comment retrouver l’innocence et l’humour après un tel déchaînement de violence ? Il n’y a d’ailleurs plus vraiment d’originalité tant l’auteur semble être allé au bout de son concept.
 
A ce stade, vous vous demandez certainement où est le rapport de ce manga avec Kor. C’est là qu’intervient le personnage féminin principal Jûbei.
 
Si son nom provient d’un samouraï masculin célèbre, notre héroïne est ici la fille aînée d’un clan de ninja. Elle est rompue aux arts martiaux : coups de pieds, de poings, prises de judo, lancer de shuriken, maniement du sabre... 
 
C’est une très jolie jeune fille aux longs cheveux noirs. Elle est amoureuse du héros. Très douée dans les études, elle deviendra même professeur dans la deuxième partie du manga ! Au début elle est assez réticente aux avances du héros mais n’hésitera pas bien longtemps à se montrer dénudée à celui-ci. Bien que très forte, elle a aussi un côté fragile et à peur de l’orage et des fantômes. Parfois surpassée par le nombre de ses adversaires, elle n’est pas contre l’aide du héros (arrivant le plus tardivement possible) qui la portera même une fois sur son dos. On ajoute un pseudo triangle amoureux avec la blonde Ayu et je pense que vous cernerez le personnage.
 
Même si Madoka est beaucoup moins dévergondée et roublarde que Jûbei (il faut l’excuser vu l’environnement dans lequel elle vit) on retrouve donc beaucoup de points communs entre ces deux personnages.
 
Voilà, je pense avoir fait le tour du sujet. C’est un peu court pour faire une réflexion solide. Je ne suis pas un expert dans la matière donc j’ai fait au mieux. Si vous avez des suggestions pour l’étayer je suis preneur. J’ai été volontairement imprécis pour faire quelque chose de ludique et de spontané mais cela peut toujours se corriger. Je pourrais éventuellement faire des comparaisons en image de Madoka et de Jûbei mais pour cette dernière il faudrait censurer quelques parties  :wub2:


#2 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    174
  • 5 452 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 21 avril 2020 - 11h45

C'est une réflexion intéressante qui montre bien une des sources d'inspiration d'Izumi Matsumoto.

Tu as les 6 tomes de l'édition française ?


Sky is the only limit

#3 Olivier

Olivier

    Fan pour la vie

  • Modérateur
  • Réputation
    104
  • 4 873 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 21 avril 2020 - 11h58

Ça mérite une place sur le site de Cyb. Faut juste preciser les points communs avec des exemples précis : peur des fantômes par les 2 filles, utilisation d'armes pour se battre, etc.
I'm looking for the red straw hat...

#4 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 21 avril 2020 - 12h48

Merci pour vos retours messieurs :)

Oui tcv, je possède les 6 volumes de l'édition française (l'édition japonaise classique en comporte 13 ). Cela faisait un moment que ces mangas traînaient chez moi en attendant d'être lus. Il me fallait juste l'occasion.

Je me rends compte, que l'école impudique est plus une sorte d'inspiration pour le personnage de Madoka que pour le manga de Kor en lui-même.

Olivier, c'est effectivement un brouillon de réflexion. Pour étayer tout cela, il faudrait que je prenne pas mal de photos des 2 mangas pour avoir des points de comparaison visuels précis. C'est assez mince pour en faire une grande réflexion, mais images à l'appui cela permettrait de donner l'origine des extraordinaires habiletés de Madoka.

Ce n'est pas vraiment le temps qui me manque mais plus la motivation :P

#5 Olivier

Olivier

    Fan pour la vie

  • Modérateur
  • Réputation
    104
  • 4 873 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 21 avril 2020 - 14h15

Une reflexion n'a pas besoin d'être longue si elle est pertinente. C est meme un atout d'être clair precis et concis.
Relis la reflexion de Cyb n° 11 : KOR en une minute.
I'm looking for the red straw hat...

#6 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 21 avril 2020 - 16h53

Ah j'avais oublié la réflexion n°11 ! Elle est passée si vite que je n'ai pas eu le temps de la voir :P

 

Je vais étoffer progressivement ma réflexion (je vais quand même faire plus long que la 11). En attendant voici quelques rapides photos histoire de vous faire une idée :)

 

qzz5.jpg

 

Jûbei qui désarme un homme arme par une prise (de judo ?)

 

yzkl.jpg

 

Jûbei qui arrête des shurikens avec son sac d'école.

 

zqmq.jpg

 

Jûbei qui lance des shurikens

 

8591.jpg

 

Une attitude souriante presque "Madokaesque" (oui elle est toute nue !).

 

oix4.jpg

 

Cette scène ne vous fait-elle pas penser à la scène du grand arbre entre Madoka et Kyôsuke ?

 

u3g4.jpg

 

Jûbei effrayé par le bruit fracassant d'un éclair

 

0c4z.jpg

 

Quand les vêtements sont mouillés, il faut bien se dévêtir et se réchauffer auprès d'un bon feu. Notez la jolie blonde à côté de Jûbei.

 

fpfq.jpg

 

Un petit soulevage de jupe de rigueur. Là, c'est la version avec culotte...

 

Voilà c'était un petite sélection du volume 1. Si le visage de Jûbei change d'une photo à l'autre, c'est que son auteur la fait vieillir tout au long de l'histoire.



#7 CyberFred

CyberFred

    Modérateur

  • Modérateur
  • Réputation
    168
  • 4 625 messages
  • Genre:
  • Localisation:France

Posté 22 avril 2020 - 06h38

Ainsi, Punch,il s'agissait de la "Réflexion n°11" de l'école Impudique ?  :smart2:


Visitez mon site sur :
Image IPB

#8 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 22 avril 2020 - 08h39

Pas tout à fait Cyb. J'aurais pu le faire en trois cases :

1)les élèves et les profs sont habilités

2) une bagarre générale éclate

3) tout le monde termine tout nu

Fin :D

#9 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 22 avril 2020 - 10h22

En réfléchissant bien, il y a peut-être un autre point intéressant.

 

Je vous ai dit que Jyûbei était issue d'une famille de ninjas. Sauf, qu'il ne s'agit que de son côté maternel. Son père est tout petit et n'a jamais reçu d'entraînement et n'a d'ailleurs aucune affinité avec les arts martiaux. Il est marrant de voir la mère de Jûbei plus grande et plus forte que son mari qu'elle martyrise (elle est d’ailleurs très moche, on se demande de qui tient sa fille). Il n'y a que Jyûbei qui a assez de cœur pour défendre et prendre en pitié son pauvre père.

 

Conclusion messieurs, dames, intéressant ou pas ?



#10 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    174
  • 5 452 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 23 avril 2020 - 10h09

Pour Madoka, son aptitude au combat ne vient pas de ses parents.

Par contre, on peut dire qu'elle fait partie d'une famille de musiciens.

Toutefois sa technique de combat avec des médiators est un mix de ses deux capacités.

En comparant ses médiators à des shurikens, on peut la relier à Jyûbei.


Sky is the only limit

#11 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 10h37

Intéressant tcv :)

 

Je n'avais pas fait distinctement le rapprochement entre la musique et les arts martiaux pour le lancer de médiators de Madoka. Il faut dire qu'elle ne le fait pas dans le manga et que ce soit dans le manga et l'anime on ne la voit jamais jouer de guitare. Pour moi, la connexion n'était pas évidente. Il y aurait fallu qu'elle lance son saxophone :lol: Mais, il n'y a pas plus rapprochant du shuriken en étoile que le médiator quand il tourne sur lui-même.

 

Mais, ma dernière remarque renvoyait plutôt à un parallèle avec les parents de Kyôsuke. Sa mère avait des pouvoirs alors que son père n'en a pas. Dans les deux mangas, cette situation sert surtout pour des effets comiques non ? Je vais sans doute un peu loin, mais peut-être qu'Izumi Matsumoto s'est aussi servi de cela par pour Madoka mais pour la famille de Kyôsuke.



#12 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 10h50

Dernière sélection de photos :

 

b9b7.jpg

 

Suite de l'image précédente, mais la pauvre Jûbei est encore plus gênée car elle n'a rien sous sa jupe

 

c1qj.jpg

 

Le couple unit face aux horreurs de la guerre

 

4fiy.jpg

 

Un exemple des prouesses physiques de Jûbei

 

 

vqic.jpg

 

Jûbei effrayée, saute instinctivement au cou de Yasohachi, le garçon qu'elle aime

 

bybh.jpg

 

Là aussi, une scène qui en rappelle une similaire dans Kor

 

xbwh.jpg

 

Un exemple typique d'illustration de chapitre

 

vkum.jpg

 

Jûbei, déterminée, prête à se battre jusqu'à la mort

 

 

 

hrd9.jpg

 

La tension se lit sur son visage lors d'un combat difficile

 

h58h.jpg

 

Contrairement à Madoka, Jûbei ne cache pas ses larmes

 

5bx5.jpg

 

Jûbei pensive qui regrette d'avoir été aussi froide avec Yasohachi

 

2hdz.jpg

 

 

Le grand sourire Jûbei quand elle pense au garçon qu'elle aime, seule allongée dans sa chambre

 

hsdc.jpg

 

Un visage on ne peut plus déterminé

 

hhuo.jpg

 

Un sourire radieux (mais volontairement surjoué)

 

umed.jpg

 

On termine par une belle pose en maillot de bain



#13 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 10h54

Je ne pense qu'il n'est pas utile que je mette des photos de Jyûbei avec une mitraillette, avec un sabre ou avec un bandeau sur un œil.

 

Les photos dénudées sont aussi hors propos. C'est d'ailleurs peut-être pour cela qu'Izumi Matsumoto a dû faire un effort sur les vêtements de Madoka  :wub2:

 

A bien y réfléchir, on voit surtout Madoka se battre dans l'animé plutôt que le manga, non ?

 

Je vais étudier cela...



#14 Olivier

Olivier

    Fan pour la vie

  • Modérateur
  • Réputation
    104
  • 4 873 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 11h15

Punch, la planche 283 est géniale. La fille sur le dos du garcon, parlant des monstres... quand on pense à Madoka sur le dos de Kyosuke après la vue du fantôme, egalement de nuit. On est en plein plagiat. Ca semble etre une sacré info des influences de Matsumoto pour cette histoire.
I'm looking for the red straw hat...

#15 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 12h22

Ah, si j'ai l'aval d'un senpai expert, c'est que je ne suis pas complètement à côté de la plaque :D

 

Ce que j'ai essayé de vous démontrer dans ma sélection de photos, c'est que Jyûbei est une femme très forte qui n'a (pratiquement) peur de rien. Je n'ai pas mis d'images d'affrontements où elle est seule contre une multitude d'adversaires (parfois des bandes avec des armes) car elle finit très souvent dénudée.

 

Mais, elle a aussi un côté "fragile" qui peut s'exprimer par moments. Elle refoule aussi temporairement ses sentiments pour le héros après la guerre en hommage à ses camarades disparus.

 

Tout ceci n'est pas facile à expliciter tant les deux œuvres semblent à priori opposées. Pour moi, les influences sont évidentes mais, pour moi, aller à dire qu'il y a plagiat me semble exagéré. Dans l'école impudique, il s'agit encore d'une blague de mauvais goût des professeurs qui se sont déguisés en monstre pour déshabiller les filles.

 

Je vais méditer sur la question et j'invite ceux que ça intéresse à en faire de même.



#16 Olivier

Olivier

    Fan pour la vie

  • Modérateur
  • Réputation
    104
  • 4 873 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 18h01

Attention Punch, je ne parlais que de cette planche particuliere qui rappelle la scene dans l anime. C est la meme scene. Pour le reste, n oublions pas que tout n'est que somme du passé :)
I'm looking for the red straw hat...

#17 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 23 avril 2020 - 18h07

Oui j'avais bien compris Olivier.

Tout le monde s'inspire de tout le monde depuis la nuit des temps :)

Force est de reconnaître, que de nos jours, il n'y a pratiquement plus que des copies de copies et l'originalité tant dans les dessins que les histoires se fait de plus en plus rare...

Pour en revenir à nos moutons. Il ne faut pas oublier que les deux séries ont été publiées dans le même magazine, qu'Izumi Matsumoto a expressément cité ses références et que l'école impudique ne fait pas partie des mangas les plus connus de Go Nagai.

Bien sûr, tous les avis sont bons à prendre :)

#18 Baltique

Baltique

    Fan Kor & âme

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • Réputation
    48
  • 492 messages
  • Genre:

Posté 30 avril 2020 - 10h30

Merci beaucoup Punch. C'est vraiment très intéressant et il parait en effet difficile de ne pas voir dans le personnage de Jûbei une des sources d'inspiration de Madoka.

 

Jusqu'à ce que j'assiste à la conférence d'Hiroki Gotô et jusqu'à ce je lise son livre, Shonen Jump - L'âge d'or du manga (dont je vous ai déjà parlé sur ce forum), je pensais que L'école impudique (Harenchi Gakuen) était une oeuvre un peu obscure de Go Nagai réservée aux fans absolus de l'auteur et à quelques initiés. Moi même, j'avoue que je ne m'y étais jamais vraiment intéressé et je ne connaissais l'oeuvre que de nom.

 

Monumentale erreur ! En fait, L'école impudique est une oeuvre très importante au Japon qui a eu un impact énorme qu'on ne soupçonne absolument pas.

 

D'un point de vue éditorial, c'est le premier gros succès du Shonen Jump (et de Go Nagai) qui permettra au magazine de se vendre à plus d'1 millions d'exemplaires.

 

D'un point de vue sociétal, ce titre est devenu indissociable du soulèvement étudiant japonais. En effet, bien qu'on en parle très peu, le Japon a connu, comme la France, son "mai 68". J'ai lu quelque part qu'il s'agissait de la révolte étudiante la plus longue et la plus violente du monde.

 

Dans ce contexte, l'oeuvre de Go Nagai, qui dressait un portrait au vitriol d'enseignants qui n'hésite pas à abuser de leur position, s'est vue ériger en véritable symbole de la lutte étudiante. Dès lors, L'école Impudique apparaissait partout, jusque dans les journaux télévisés.

 

A l'époque de ces évènements, Izumi Matsumoto était encore très jeune (il est né en 1958 et avait donc 10 ans). Et si l'on essaie de  se mettre dans la peau d'un enfant de 10 ans qui voit ses ainés manifester et mettre le feu à des universités je n'ai aucun mal à imaginer l'impact a vraiment dû être énorme.

 

Tout ça pour dire que j'ai le sentiment que L'école Impudique est un oeuvre qui dépasse totalement le cadre du simple manga à succès. C'est un véritable marqueur, une borne, un symbole culturel et à notre niveau, il est difficile (pour ne pas dire impossible) de mesurer l'impact de ce manga que ce soit sur les individus, sur la société ou carrément sur l'inconscient collectif japonais.

 

Lors des conférences de mangakas auxquelles j'ai pu assisté ou des interview que j'ai pu lire, Harenchi Gakuen est un des titres que j'ai vu le plus souvent cité. Plus qu'une source d'inspiration pour le personnage de Madoka, je ne serai pas surpris si cette oeuvre, compte du tenu de ce contexte bien particulier, avait fait naitre chez Izumi Matsumoto, la vocation de devenir mangaka.



#19 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    245
  • 4 085 messages
  • Genre:
  • Localisation:Paris

Posté 30 avril 2020 - 12h37

Je te remercie pour ton intérêt et tes commentaires pertinents Baltique :D

 

Je t'invite à lire, si ce n'est déjà fait, la version finale (?) de cette réflexion sur le site de CyberFred. Nous avons fait conjointement un travail d'approfondissement et de mise en forme qui, je l'espère, satisfera le plus grand nombre.

 

Sans doute est-ce à la lecture des interviews d'Izumi Matsumoto que je me suis décidé à participer au projet participatif de Black Box Editions (ou c'est simplement pour le côté coquin). J'ai eu très rapidement les 3 1ers tomes et les 3 suivants me sont arrivé beaucoup plus tardivement. En général, je ne lis pas un manga avant d'avoir tous les volumes (surtout si la série est courte). J'avais donc tout simplement mis la série de côté.

 

J'ai profité de cette période exceptionnelle pour lire le manga avant tout dans un but ludique. Je gardais dans un coin de ma tête l'idée d'en faire une réflexion, mais je ne pensais pas disposer d'éléments suffisant pour rendre cela intéressant. Et je me suis lancé.

 

Il va vraiment falloir que je lise le livre d'Hiroki Gotô...



#20 Baltique

Baltique

    Fan Kor & âme

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • Réputation
    48
  • 492 messages
  • Genre:

Posté 30 avril 2020 - 14h10

Je n'ai pas encore pris le temps de lire la réflexion sur le site de CyberFred... honte à moi !

 

Mais c'est prévu...

 

Edit : c'est fait... Donc je suis arrivé bien après la bataille et vous aviez déjà restitué l'oeuvre dans son contexte historique. Travail impeccable !  :thumbsup:

 

La prochaine fois, j'essaierai de réagir bien plus vite... ou de faire plus attention. J'avoue que j'étais totalement passé à côté du fait que tes commentaires étaient déjà devenu une réflexion. Vous n'avez pas trainé !

En attendant je m'inflige moi même un châtiment bien mérité.   :chair:






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

  • Loading Countdowns