Aller au contenu


Photo de Ange Capricieux

Ange Capricieux

Inscrit(e) (le) 12 février 2013
Déconnecté Dernière activité juin 06 2015 23h00
*****

#31884 Fan arts internationaux de KOR

Posté par Ange Capricieux on 14 mars 2015 - 15h30

Que pensez vous de ces fanarts   ::siffle2::  ::siffle::

 

 

 

530180Ayukawa14.jpg

 

 

540354Aykawa14.jpg

 

 

 

486455Ayukawa.jpg

 

 

Et de quels chapitres viennent-ils?




#29258 Apples, une "suite" de Kor ?

Posté par Ange Capricieux on 13 août 2014 - 16h55

Salut Punch,

 

Pour répondre à ta question, je dirais la tristesse que ressent le jeune homme après que sa copine l'a quitté. Il n'a envie de rien. Il est comme mort. Il vient de se faire larguer par sa copine alors le noir et blanc exprime une idée de désillusion, de désenchantement, le sentiment que l'on ressent après une déception amoureuse.  

 

Si l'on veut pousser plus loin le raisonnement, le noir et blanc peut exprimer l'idée d'une vision pessimiste du monde, un monde moderne dans le mauvais sens du terme, dans le sens d'un monde qui va trop vite, un monde exigent où règnent la concurrence et la violence. Le jeune homme ne se sent pas de taille. Il se sent dépassé. Sa copine l'a quitté justement car il n'était pas à la hauteur de ses attentes.  

 

Les couleurs qui reviennent expriment une réconciliation avec la nature. La jeune fille en vert vit au rythme de la nature et ne demande pas la lune au jeune homme. Le jeune homme est alors rassuré et se retrouve avec cette jeune fille qui ne l'oblige pas à se conformer à un monde trop rapide pour lui.   




#28763 Site d'Akemi Takada

Posté par Ange Capricieux on 30 juin 2014 - 13h15

Bonjour à tous

 

 

Suite à vos réponses encourageantes quant à l'écriture de ma fanfic, pour vous remercier, j'ai pensé vous poster les images de la première partie du livre (Birthday Stone) de l'Artbook Girl's Magic d'Akemi Takada.

 

 

Chaque illustration correspond à un mois de l'année et à une pierre.

 

 

1 - January, Garnet

 

 

lz7uj.jpg
 
 
2 - February, Amethyst
 
u8r84.jpg
 
 
3 - March, Coral
 
t2tl.jpg
 
 
4 - April, Diamond
 
8347b.jpg
 
 
5 - May, Emerald
 
bktuh.jpg
 
 
6 - June, Pearl
 
q6sg6.jpg
 
 
7 - July, Ruby
 
drhhz.jpg
 
 
8 - August, Peridot
 
pqer.jpg
 
 
9 - September, Sapphire
 
ro4z.jpg
 
 
1O - October, Opal
 
ut4e.jpg
 

 

 

La suite au prochain message...


  • tcv aime ceci


#28560 Joyeux anniversaire Madoka !

Posté par Ange Capricieux on 25 mai 2014 - 23h09

Joyeux anniversaire à notre très chère Madoka. Pour l’occasion, je t’ai sélectionné quelques fleurs d’hortensia que j’ai plantées cette année.

 

Les roses

 

smf6.jpg

 

Les blancs,

 

6w0v.jpg

 

 

 

Les têtes plates

 

 

6wwu.jpg

 

    c9068.jpg

 

 

 

Une symphonie de géranium

 

fz9m.jpg

 

 

 

Je t’ai même préparé un roulé au chocolat fourré à la crème chantilly et aux fruits rouges.

 

 

m2tx.jpg

 

 

 

Pourquoi j’ai choisi ce gâteau à votre avis ?

 

Nous savons tous que Madoka aime les gâteaux au chocolat. L’épisode 32 nous dit que Madoka à une préférence pour les gâteaux aux arômes forts, alors que Hikaru a choisi un gâteau à la crème chantilly:

 

 

mbvi.png

 

 

Ceci est bien sûr très symbolique. Hikaru qui représente l’élément Terre (féminin), offre le plaisir, la tendresse et le confort. Madoka étant l’élément Air/Feu (masculin), demande  le tonus, l’effort, le caractère fort. Le moka chocolat représente aussi l’excitation, l’exaltation, l’élévation, le mystère, l’aventure...

 

Mais tout ceci était avant la transformation de Madoka car nous savons aussi que Madoka, en plus de ses qualités masculines (café, chocolat), développe les qualités féminines et devient capable de douceur et de tendresse (lait).

 

C’est pourquoi j’ai choisi de lui offrir ce roulé qui offre à la fois l’excitation et l’exaltation du masculin (biscuit au chocolat) et la douceur et la tendresse du féminin (crème, fruits rouges…). Le gâteau est ainsi complet comme Madoka qui finira par devenir complète et offrira un amour total à Kyosuke.

 

gn9z.jpg

 

 

Voilà, je vous promets d’arrêter de publier mes pâtisseries, autrement ce sujet va finir par ressembler à une page culinaire.

 

 

J’oubliais, « Marie Cassandra » offre ce montage pour l’occasion :

 

 

7iks.jpg

 

kudg.jpg




#28547 Anime - Episode 14 - Tous sur le ring

Posté par Ange Capricieux on 21 mai 2014 - 00h12

Épisode 14:

 

Un rêve prémonitoire, une rupture entre Madoka et Kyosuke.

 

Partie II :

 

 

Un excellent épisode qui étudie la question de la féminité et de la masculinité à travers les éléments naturels.

Avant de commencer l’analyse, je vous renvoie une nouvelle fois vers le rappel théorique sur les éléments.

 

 

http://forumkor.fr/i...pic=796&p=27872

 

L’ouverture de l’épisode semble montrer des valeurs plutôt stéréotypées de la masculinité/féminité, limitées à des valeurs purement physiques. Et comme vous le voyez dans cet épisode, ce sont les femmes qui sont les plus masculines :

 

 

r2z3.jpg

 

 

Comparé à elles, Kyosuke est aussi mou qu’un ver de terre :

 

 

de1n.png

 

 

Pauvre Kyosuke, toujours aussi détourné de son intuition (Jingoro) a du mal à y voir claire. Il redevient très sensitif, très mou, très influençable. Il retombe sur terre. Là il est véritablement féminin puisqu’il est très fragile et vulnérable, très facilement impressionnable. Il s’inquiète aussi pour ses sœurs qui sont déterminées à faire du catch. Il a même peur qu’elles ne puissent avoir d’enfants. Kyosuke est ainsi traité de vieux jeu par ses sœurs qui sont dans cet épisode très en avance sur leur temps. Aussi, il ne semble pas apprécier que Madoka se batte. Hikaru, qui aimerait s’essayer au catch également, se demande si Kyosuke aime les filles masculines.

 

Madoka, sur le ring, est plus masculine que jamais. Forte, dominatrice, aérienne, confiante… et même que selon Hikaru, « elle n’a jamais touché le sol »…

 

 

vjv3.jpg

 

 

Mais attention, la simple mention de SEMPAI par Hikaru a suffi pour déstabiliser Madoka. En effet, derrière la femme forte, se cache une sensibilité insoupçonnée. Son visage qui rougie donne un aperçu de la féminité cachée (pudeur, émotivité) de Madoka.

 

 

05ko.jpg

 

 

Madoka est en effet plus féminine qu’elle n’en a l’air. Ceci se voit dans son penchant pour les contes de fée, pour l’imaginaire, sa capacité à espérer, à rêver d’un monde meilleur, et ce à travers le conte des amants du Tanabata. Madoka est maintenant plus intuitive. Elle n’est plus la machine humaine, elle est un être sensible.  

 

Ainsi, sur la terrasse (Ciel), nous avons un aperçu d’une Madoka très aérienne. Mais cette fois ci une Madoka spirituelle plutôt que cartésienne. L’Esprit est l’élément Air qui fait flotter la chevelure de Madoka et dont elle s’imprègne. En effet, Madoka qui avoue aimer les contes de fée est cette fois-ci très spirituelle (c’est-à-dire plus féminine que la Madoka logique et cartésienne, sachant que l’Esprit est nourrit par l’intuition, l’imagination qui sont des valeurs relativement féminines).

 

 

 

gxpu.jpg

 

 

 

Bien que plus féminine, Madoka reste encore inaccessible pour Kyosuke. Elle est encore aérienne, bien au-dessus du commun des mortels. La scène montre (à travers le grillage) que Madoka est encore prisonnière de quelque chose, peut-être de son idéalisme qui la laisse très inaccessible pour Kyosuke.

 

Devrait-elle descendre sur Terre ou est-ce à Kyosuke de monter vers elle ?

 

En effet, l’Air (L’Esprit) qui imprègne Madoka, va également toucher Kyosuke qui est très réceptifs aux idées et idéaux de Madoka. Et comme l’Air attise le Feu, c’est l’Air de Madoka qui va allumer le Feu chez Kyosuke.

 

 

p089.jpg

 

 

C’est finalement, l’Air (Esprit) de Madoka qui va allumer le Feu de la foi, de la détermination et de la Passion chez Kyosuke. Kyosuke va pouvoir s’élever en devenant plus spirituel, plus passionné et plus déterminé et donc plus masculin.

 

La scène suivante nous montre un Kyosuke plus masculin que jamais. Il ira même jusqu’à demander à Yusaku (le représentant pas excellence de la masculinité) de lui apprendre à devenir un homme fort et robuste.

 

 

 

rhl8.png

 

 

Je ne vais pas analyser les scènes de l’entrainement que vous connaissez par cœur. Je préfère m’attarder sur la scène de la chambre d’hôpital qui est chargée de symboles.

 

Madoka, très touchée par le geste de Kyosuke, va se montrer féminine quand elle fait preuve de compréhension et d’empathie envers Kyosuke. Elle regarde de la fenêtre et contemple un instant le Ciel puis tire brusquement le rideau sur le paysage aérien. Le Ciel représente les idéaux de Madoka, ses standards très élevés de la masculinité. Quand Madoka tire ainsi le rideau, c’est pour renoncer à ses idéaux rigides et pour se mettre au niveau de Kyosuke. En effet, Madoka, qui avait des exigences très poussées sur la valeur de la masculinité, va baisser ses standards et préférer un homme de bonne foi plutôt qu’un homme robuste, fort extérieurement mais sans avoir les qualités intérieures.

 

 

d4t4.jpg

 

 

 

Tandis que Madoka se baisse sur Kyosuke pour lui offrir un baiser, elle descend progressivement sur Terre pour se rapprocher du niveau de Kyosuke. L’élément Terre est donc représenté par les fleurs qui accompagnent Madoka pendant sa descente sur Terre.

 

Autre scène très symbolique est celle où arrive Hikaru et que notre couple se sépare pour se tourner chacun vers une occupation particulière non moins symbolique. Kyosuke qui lit un livre, devient plus profond, plus spirituel. Madoka, quant à elle, pèle une pomme qui représente le fruit défendu qui rend Madoka plus humaine, plus terrienne. En choisissant Kyosuke, Madoka a renoncé à ses exigences, à son perfectionnisme. Elle est donc passée du statut de déèsse hautaine et inaccessible vers un être humain humble et vulnérable.

 

 

mf3v.jpg

 

 

A la fin de l’épisode, Madoka devient ainsi terrienne (L’élément terre étant représenté par les fleurs, la pomme….) Elle porte aussi les couleurs de la terre dans la scène du balcon où sa sensibilité est à fleur de peau et ses émotions visibles sur son visage.

 

Kyosuke quant à lui devient plus aérien. L’élément air est symbolisé dans le livre que lit Kyosuke ainsi que le ciel qu’il regarde et qu’il contemple. Aussi, son détachement de la prestation très sensuelle et sensationnelle de Hikaru montre que Kyosuke n’est plus aussi facilement impressionnable. Il est clairement plus masculin : Tandis que les autres garçons (Komatsu, Hatta, Yusaku) sont fascinés par le spectacle de Hikaru, seul Kyosuke n’y prête pas attention. Il préfère sortir sur le balcon pour méditer, et penser à sa relation avec Madoka tout en contemplant le ciel. Kyosuke devient beaucoup plus profond.

 

 

2faw.jpg

 

 

 

La rencontre entre Ciel et Terre se situe sur le balcon où nos amoureux sont au-dessus de la matérialité sans pour autant perdre leurs émotions, leur capacité à ressentir, à s’émouvoir, à s’émerveiller ...  




#27924 Anime - Episode 24 - Les dons cachés

Posté par Ange Capricieux on 24 février 2014 - 13h43

Episode 24 :

Kazuya Tojo, la surveillance d’un enfant turbulant.

 

 

 

L’épisode qui introduit Kazuya semble reprendre et détailler les soucis qui touchent nos trois héros et permet de clarifier les problèmes à l’origine du triangle, ce qui fait de cet épisode un des plus intéressants dans le contraste qu’il offre entre Kyosuke et Madoka d’une part, et entre Madoka et Hikaru d’autre part.

 

Encore un bel épisode qui raconte la transformation de Kyosuke et Madoka à travers les différents éléments. Je vous renvoie ainsi au rappel théorique sur les éléments, publié dans le thread de l’épisode 07.

 

http://forumkor.fr/i...pic=796&p=27872

 

L’épisode commence par souligner la faiblesse de Kyosuke qui, redevenu terrien, est une nouvelle fois dominé par ses sensations. Dès les premières secondes de l’épisode, il exprime ses faiblesses et ses besoins physiques. Il souffre d’abord de la faim puis de la douleur quand son cousin le percute. Kyosuke est manifestement très fragile. Le pot de fleurs cassé confirme sa fragilité. L’élément Terre est ainsi représenté par le pot de fleurs.

 

6gqs.png

 

 

Aussi, sa faiblesse de caractère se voit dans sa tendance à vouloir toujours plaire aux autres, à rechercher l’approbation des autres. À trop vouloir garder la face, à trop vouloir être le gentil garçon, il se laisse aller à dire ce qu’il ne pense pas. Le tempérament de Kyosuke est ainsi trop terrien, trop sanguin, trop dominé par les sensations. Il est si facilement impressionnable que ça le rend parfois minable. Il manque de dignité et de confiance en lui. Kyosuke manque de Feu. Il a besoin de trouver foi en lui et en ses sentiments.  

 

D’un autre côté, sa fascination démesurée pour Madoka représente un autre immense obstacle à sa relation avec elle. Face à elle, il est si paralysé par l’émotion qu’il n’arrive pas à faire le moindre pas vers elle. Kyosuke est encore trop timide, trop ébloui par Madoka. Il n’a toujours pas la force d’aller vers sa bienaimée. Il est encore trop faible. La faiblesse de Kyosuke se voit surtout dans son incapacité à deviner les pensées de Madoka. Il est encore très loin de la cerner ou de la comprendre.

 

veab.jpg

 

Madoka, quant à elle, est encore trop inaccessible, trop aérienne, trop immatérielle. Si Kyosuke est Terre (féminin), Madoka est Ciel (masculin). Madoka est Esprit, le souffle passionné qui trouble Kyosuke, le masculin qui l’élève et qui le fait vibrer. Mais cet Esprit est malheureusement trop immatériel et insaisissable pour Kyosuke. Madoka est trop dirigée vers le haut. En effet, Madoka qui escalade le manège s’éloigne encore de Kyosuke et devient de plus en plus inaccessible. Ce qui manque à Kyosuke dans sa relation avec Madoka est la sécurité, la stabilité et le confort de l’élément Terre. Il lui manque une assise sur laquelle reposer. Il lui manque la tendresse que Madoka lui refuse. Madoka devrait descendre un peu sur Terre. Trop aérienne, Madoka devrait se montrer plus féminine, plus douce et plus accessible.

 

C’est là que notre ingénieux Kazuya va intervenir pour aider notre ami dans sa relation avec sa bienaimée. Ainsi, Kazuya va tenter de rendre Madoka plus matérielle, plus terrienne, plus féminine, en la poussant du haut du manège (du Ciel) pour la faire atterrir dans les bras de Kyosuke. Kazuya va faire tomber Madoka du haut du Ciel. Madoka chute par terre et se retrouve dans les bras de Kyosuke. Madoka est enfin descendue sur Terre. Madoka est tout à coup accessible et « palpable » pour Kyosuke. Kyosuke va enfin avoir un aperçu de la féminité de Madoka … Jamais Kyosuke n’avait soupçonné autant de douceur. Jamais ne l’avait-il imaginée aussi confortable et agréable. Et oui Madoka sait être Terre. Elle est capable de douceur, de tendresse et de confort.

 

txbp.jpg

 

 

 

Mais l’extase de Kyosuke ne durera pas car Madoka n’est toujours pas prête pour cette situation. Elle s’éloigne vite de Kyosuke qui, lui-même, est beaucoup trop troublé pour la garder dans ses bras. Madoka redevient ainsi très inaccessible, très aérienne. Kyosuke se sent une nouvelle fois tout petit et tout faible face à elle.

 

 

im9m.png

 

 

Et puis l’arrivée de Hikaru va compliquer les choses pour le petit garçon qui est trop jeune pour comprendre les problèmes de cœur. Mais pour le spectateur, les choses deviennent plus claires et l’on comprend le dilemme de Kyosuke. Pourquoi ne choisit-il pas entre Madoka et Hikaru. La réponse est bien plus compliquée que l’on imagine : Le choix de Kyosuke n’est pas simplement un choix entre deux filles mais un choix entre Ciel et Terre.

 

Madoka est Ciel (masculin). Elle est Esprit, élévation, transcendance, évasion, imaginaire, mystère, passion. Elle est celle qui élève Kyosuke, qui le trouble et qui le fait vibrer. Elle est celle pour qui Kyosuke se passionne. Kazuya l’a bien vu, Madoka est la bijin, c’est la grande dame, peut-être même la Belle Dame sans Merci pour Kyosuke. Rappelons que Kyosuke rencontre Madoka au sommet des marches. Elle est dès le départ aérienne et inaccessible.

 

77sg.jpg

 

 

 

Hikaru est Terre (féminin) (représentée par les fleurs, les plantes, les animaux, les aliments). Elle est sensations, instinct animal... Elle représente aussi le confort et la sécurité. Elle est celle qui accueille Kyosuke et lui offre le confort. Elle est celle sur qui Kyosuke se repose. Pour Kazuya, Hikaru est kawai, elle est gentille et mignonne. Rappelons que lorsque Kyosuke rencontre Hikaru pour la première fois dans le couloir de l’école, il tombe sur elle. On peut supposer que Hikaru offre le support matériel pour Kyosuke qui était à ce moment précis en quête désespérée de son bento convoité par Komatsu. Ainsi Hikaru assure le confort matériel de Kyosuke.

 

 

3ukh.jpg

 

 

 

 

Madoka est le masculin qui élève, qui passionne et qui fait vibrer, et Hikaru est le féminin qui accueille, qui réconforte et qui permet le repos.

 

 

Notre Kyosuke est ainsi pris entre le confort et la sécurité d’un côté avec Hikaru (Terre) et la passion et l’exaltation avec Madoka (Ciel). Il est clair que Kyosuke a besoin de ces deux forces pour être heureux. Il ne peut pas vivre que d’Esprit (Madoka), c’est beaucoup trop troublant et douloureux pour lui. Comme il ne peut pas vivre que de confort et de sensations physiques (Hikaru), c’est trop ennuyeux et suffocant à la longue. Quelle est la solution pour notre pauvre Kyosuke ? Il ne peut pas rester indéfiniment dans la situation triangulaire. Il lui faudra choisir, mais peut-on choisir entre Ciel et Terre ?

 

De quelle façon peut-on résoudre l’équation ?

 

Première solution : Que Hikaru développe les qualités masculines (Esprit). Qu’elle devienne plus attirante (spirituellement), plus pénétrante et plus insaisissable (masculine), plus fascinante, plus mystérieuse et plus passionnante pour Kyosuke. Celui-ci tomberait amoureux d’elle et serait comblé dans sa relation avec elle.  

 

Deuxième solution : Que Madoka développe les qualités féminines (matière). Qu’elle devienne plus matérielle, plus accessible, plus douce et plus réconfortante. Ainsi Kyosuke serait plus rassuré et plus heureux avec elle. Il connaitra aussi le bonheur de la voir, de la toucher de la prendre dans ses bras… ce qui provoquera une explosion de sentiments, d’émotions, une explosion de feu d’artifice…

 

Troisième solution : Que Kyosuke développe sa propre masculinité, le Feu qui le rendra plus digne, plus confiant, plus sûr de lui, plus profond et plus indépendant. Il pourrait ainsi prendre son envol et aller lui-même vers sa bienaimée sans qu’il ait besoin du support de Hikaru.

 

Quatrième solution : Que le lien invisible de la Destinée relie les Destins de Kyosuke et Madoka et que chacun offre à l’autre la qualité qui lui manque. Madoka transmet son Esprit à Kyosuke qui deviendra plus masculin, plus digne et plus confiant, plus aérien. Ainsi Kyosuke montera d’un cran. Et Kyosuke transmettra son énergie féminine à sa bienaimée qui deviendra plus matérielle et plus accessible. Ainsi Madoka descendra un peu sur Terre.

 

Quelle solution nous propose ce bel épisode ? C’est là que notre ami Kazuya va intervenir pour nous aider à examiner de plus près la relation de Kyosuke avec chacune des filles. Le spectateur pourra alors connaitre la mesure exacte des sentiments de Kyosuke pour chacune des filles et envisager ainsi la possibilité d’une évolution dans un sens ou dans un autre.

 

Ne pouvant obtenir réponse à sa fameuse question : Laquelle des deux tu préfères ? Kazuya va lui-même créer deux situations qui apporteront réponse à la question que tout le monde se pose (même si la réponse est déjà évidente pour tout le monde). Disons que les deux situations vont confirmer la réponse que tout le monde connait.

 

Ainsi la scène du snack nous éclaire sur la relation Kyosuke/Hikaru. Hikaru se sent brusquement le besoin d’avoir un frère. Elle se sent seule. Elle pleure sa solitude et expose sa tristesse et pousse Kyosuke à réagir, qui montre un geste de gentillesse face à une Hikaru qui se déclare très fragile. Le spectateur voit une scène touchante mais dans laquelle il manque ce petit quelque chose qui caractérise les scènes d’amour…il manque l’étincelle dans les yeux des amoureux. Il manque l’élan passionné et les fortes émotions… Le spectateur comprend que la relation Kyosuke/Hikaru est à un stade d’amitié. Kyosuke aime beaucoup Hikaru, il voudrait lui faire plaisir, il joue le rôle du petit ami, mais ses sentiments ne vont pas loin que l’affection fraternelle.

 

hv3g.jpg

 

 

 

 

La scène du métro offre un joli contraste avec la scène du snack. Que se passe-t-il dans le métro entre Kyosuke et Madoka ? C’est très simple, la scène du métro met en action les belles paroles échangées entre Kyosuke et Hikaru dans la scène précédente ("je me sens fragile" et "je suis là moi"). Entre  Kyosuke et Madoka, il se passe exactement ce que se disent Kyosuke et Hikaru. Le scénario de la scène du snack devient réalité dans le métro. Coincée dans la foule du métro Madoka affiche une fragilité insoupçonnée qui n’échappera pas au regard attentif de Kyosuke. Celui-ci, accourt vers sa bienaimée pour lui offrir sa protection. Il jurera ensuite de ne jamais laisser personne la lui enlever. Ainsi, Madoka ne dit pas à Kyosuke « regarde-moi je suis fragile, » mais Kyosuke sait lire dans son cœur. Il ne prononcera pas un « je serais là pour toi » mais son cœur jurera de toujours la protéger.

 

 

qfgi.jpg

 

 

 

La principale différence entre les deux scènes est dans l'authenticité et l’intensité des sentiments. Il est clair qu’entre Kyosuke et Madoka, les sentiments sont bien plus profonds, et les émotions plus vraies et plus intenses. Il n’y a pas de paroles échangées, ni de scénarios de film ni de théâtralité, mais de vrais sentiments, intenses et profonds, et dont l’authenticité et confirmée par la musique de fond qui accompagne l’étreinte de nos amoureux. La scène nous révèle finalement une Madoka plus douce et plus humaine et qui est maintenant à la portée de Kyosuke.

 

En effet, ce qu’il y a de plus significatif dans cette scène du métro, est la descente de Madoka sous terre où elle devient plus terrienne, plus humaine mais aussi plus faible et plus fragile. Aussi, la fragilité de Madoka va réveiller la masculinité de Kyosuke qui ne peut s’empêcher de protéger sa bienaimée. Kyosuke se sent beaucoup plus de courage face à une Madoka plus faible et plus humaine. Sa force de caractère se manifeste. Il s’affirme et gagne confiance en lui. Ainsi Kyosuke se sent plus fort, plus masculin. Sa masculinité est confirmée par le haut rouge de Kyosuke qui représente la confiance et l’assurance qu’il gagne dans cette scène du métro.

 

L’interaction des énergies, l’échange des sentiments entre Kyosuke et Madoka est représentée par le métro (le moteur, l’animus, l’énergie masculine), le mécanisme qui se met en marche. C’est la relation entre Kyosuke et Madoka qui commence à prendre forme. Elle s’actionne. C’est le feu qui s’allume.

 

Ainsi, la descente aux sous-terrains du métro permet à Madoka d’être plus terrienne. Elle descend sous terre. Par la même occasion, Madoka, dans sa robe marron aux couleurs terre (sensations) devient plus fragile, plus sensible, plus émotive et donc plus accessible pour Kyosuke. Madoka est complètement transformée à la fin de l’épisode. Elle est plus vulnérable, plus féminine. Elle a même de nouvelles émotions, de nouvelles sensations qui confirment sa vulnérabilité. Elle est déstabilisée par les propos de Kayuza, fragilisée. Elle ressent même la sensation du froid. Elle se rapproche de la terre. L’élément terre est encore une fois symbolisé par le pot de fleur sur le balcon de Madoka.

 

5kqv.jpg

 

 

Par la même occasion, Kyosuke devient plus sûr de lui. Il devient plus aérien, plus digne, plus mature. Il monte l’escalier et regarde le ciel. Kyosuke est désormais dirigé vers le haut, vers le Ciel, vers sa bienaimée. Kyosuke qui se sent maintenant plus digne, plus mature et plus proche de Madoka, comprend que la situation triangulaire ne l’arrange plus. Elle est même « loin de lui convenir ». L’épisode prépare ainsi la deuxième partie de la série où Kyosuke se rapproche de plus en plus de Madoka.

 

 

k9td.jpg




#27604 Le coin des mélomanes d'animés

Posté par Ange Capricieux on 14 décembre 2013 - 18h28

Je viens de regarder la colline aux coquelicots...Une pure merveille!

 

L'héroine m'a fait penser à Madoka. La même nature altruiste, le même dévouement pour autrui, la même sensibilité et surtout la même capacité à espérer.

 




#26762 Réflexion - Apparence & Essence dans KOR : Les couleurs de l’Orange Road

Posté par Ange Capricieux on 14 août 2013 - 19h35

Apparence & Essence dans KOR : La Symbolique de l'Orange

 

 

t3jy.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

 

Avez-vous déjà réfléchit à la signification de « l’orange » dans la dénomination Orange Road? CyberFred et tcv ont déjà fourni un travail exceptionnel quant à l’explication du titre et l’analyse des couleurs. Je voudrais à mon tour fournir une petite réflexion sur les couleurs de l’Orange Road, mais avant cela, je souhaite remercier CyberFred qui m’a permis de cerner des éléments majeurs de la culture koresque. Je remercie également tcv pour ses recherches quant au symbolisme des couleurs, sans oublier Punch qui m’a éclairée sur plusieurs aspects de la culture japonaise, notamment, le sens des fûrin et le rôle des saisons dans les relations amoureuses.

 

 

KOR introduit deux couleurs primaires dès l’ouverture du manga: Le rouge et le jaune.

 

Le rouge est la couleur apporté par Madoka à travers son chapeau de paille rouge et qui devient, par conséquent, la couleur qui la lie à Kyosuke. Le rouge est, en effet, annoncée dès le premier volume du manga par son titre: Le chapeau de paille rouge. Le rouge est donc la couleur de l’amour qui lie Kyosuke et Madoka. C’est la couleur du chapeau de paille, du ruban rouge de la destinée qui lie les personnes destinées à s’aimer. Le rouge a toujours été associé à l’amour passion. Les roses rouges symbolisent l’amour. En chine, les robes de mariées sont rouges : tapez « robes de mariées chinoises » sur Google image et vous serez surpris de trouver des robes rouges au lieu de blanches. De ce fait, la série a toujours associé Madoka et sa relation avec Kyosuke à la couleur rouge. Celle-ci se reflète même dans sa tenue vestimentaire :

 

74yp.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

Une autre couleur qui est introduites dès le premier volume du manga est le jaune. Le jaune intervient dès l’apparition de Hikaru qui apporte cette nouvelle couleur à travers son baiser au goût de citron qu’elle échange accidentellement avec Kyosuke dans les couloirs du lycée. Le jaune peut très bien correspondre à Hikaru. C’est la couleur du brillant qu’elle représente. C’est la couleur de la lumière qu’est Hikaru et dont le prénom signifie « lumière ». On retrouve également le jaune dans la couleur de ses cheveux et dans sa tenue vestimentaire :

 

c2jq.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

Si le rouge est associé à Madoka, le jaune devient clairement associé à Hikaru. Dans Ano Hi ni Kaeritai, la clochette suspendue de Hikaru (Fûrin) porte la couleur jaune à travers le soleil qu’elle représente.

 

yj8j.png

Uploaded with ImageShack.us

 

Le jaune est donc associé au soleil brillant, à l’été. Le fûrin est, en effet, indissociable de l’été. Il offre, dans les termes de Punch, des « sensations agréables.» La clochette de Hikaru est donc étroitement liée aux sensations physiques (par opposition à sentiment qui est moins matériel et plus profond). Elle représente le contact physique (baiser de Hikaru). Dans la scène avec Komatsu et Hatta, la clochette devient clairement associée aux expériences physiques qu’évoquent Komatsu et Hatta. De même dans l’épisode 29, quand Kyosuke parle des « besoins biologiques » de Jingoro, l’image se fixe sur le fûrin suspendu à la fenêtre de l’infirmerie comme pour accentuer son caractère animal.

 

A travers ses explications, on pourrait conclure que le jaune peut représenter la couleur de l’amour purement physique par opposition au rouge qui est la couleur de l’amour émotionnel/spirituel qui lie Kyosuke et Madoka.

 

Le jaune est en effet lié aux couleurs de l’été, et dans la culture japonaise, l’été avec sa chaleur est la saison qui accentue les « réactions hormonales.» Komatsu et Hatta l’affirment, en été « la libido est au plus haut.» L’été devient donc la saison lié au contact physique qui devrait être la dernière étape qui concrétise la relation amoureuse. En effet, si on considère que l’amour nait au printemps, il doit attendre l’été pour sa concrétisation/matérialisation qui permet son épanouissement. L’été est donc la saison de la matérialisation de l’amour mais un amour qui devrait déjà exister, un amour sensé naitre au printemps (comme pour Kyosuke et Madoka dont l’amour est né par ce fameux jour de printemps en haut des marches du Grand Escalier) :

 

fqmu.png

Uploaded with ImageShack.us

 

 

Donc, Hikaru avec sa couleur jaune, ses baisers citronnés et son fûrin offre seulement la matérialisation de l’amour mais sans l’essence de l’amour. De la même façon, Kumiko Oda dans l’épisode 21 veut offrir à Kyosuke « une expérience d’été » (la relation physique) mais sans l’essence de l’amour. En effet, cette Kumiko si ressemblante à Madoka, n’en a en réalité que le physique. Elle ne porte pas l’âme de Madoka. De même que son chapeau de paille jaune que Kyosuke ne rattrape pas et qui lui rappelle celui de Madoka, ne peut en avoir la signification. C’est pour cela que « l’expérience d’été » qu’offre Kumiko ne peut se concrétiser.

 

 

nyz5.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

 

Ainsi, on peut conclure qu’à travers la traversée Koresque, Kyosuke est pris entre deux couleurs:

 

  • Le rouge, couleur du chapeau de paille qui marque sa première rencontre avec Madoka. Dès leur première rencontre Kyosuke et Madoka ont les cœurs liés par le chapeau de paille rouge. Le rouge représente donc l’amour émotionnel/spirituel qui lie Kyosuke à Madoka mais qui a besoin de se matérialiser. Kyosuke désire l’âme de Madoka et voudrait la serrer dans ses bras mais le fait qu’il ne puisse pas la toucher le frustre. Aussi le fait qu’il ne sache pas ce qu’elle ressent pour lui le décourage et lui fait perdre toute confiance en leur relation.

 

xqn0.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

  • Le jaune, couleur du baiser au goût de citron qui marque la première rencontre entre Kyosuke et Hikaru : dès leur première rencontre Kyosuke et Hikaru ont déjà un contact physique. Le jaune que dégage Hikaru peut représenter son invitation à la relation matérielle mais une relation qui reste vide et qui ne trouve pas son essence. Kyosuke a déjà Hikaru dans les bras depuis leur première rencontre (dans les couloirs du lycée) mais le fait qu’il ne ressente pas pour elle l’amour profond que lui inspire Madoka le frustre, car ça laisse sa relation avec elle vide et sans émotions fortes, sans sentiments profonds.

 

vjgo.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

 

Le rouge mêlé au jaune donne ainsi l’orange qui représente la couleur de l’Orange Road. L’orange issu du jaune (Hikaru) et du rouge (Madoka) permet donc un équilibre pour Kyosuke qui est en apparence avec Hikaru tout en ayant l’âme de Madoka dans son cœur.

 

A travers cette réflexion, je confirme ma théorie que KOR exprime la séparation entre le physique/matériel (Hikaru) et l’émotionnel/spirituel (Madoka).

 

Avec le temps et la maturité, Kyosuke va renoncer aux plaisirs matériels (Fûrin) que lui offre Hikaru pour se rapprocher de l’élue de son cœur (Madoka). Et quand Madoka va elle-même se constituer une petite enveloppe matérielle,  quand elle permettra à Kyosuke de la toucher, de l’embrasser ou de la prendre dans ses bras, le triangle se brisera définitivement.

 

 

d1od.png

Uploaded with ImageShack.us

 

 

Madoka offrira ainsi à Kyosuke un amour total et épanoui (à la fois émotionnel /spirituel (rouge) et matériel (jaune)). C’est là que l’on comprend tout le sens de l’orange (rouge+jaune) que consomme Madoka dans Ano Hi ni Kareitai qui annonce la décision de Madoka d’exprimer ses sentiments et présage ainsi la fin du triangle. 

 

 

1cw.png

Uploaded with ImageShack.us




#26074 Artbooks Season et Emotion

Posté par Ange Capricieux on 29 avril 2013 - 22h45

Ma petite contribution:

 

 

 

09032013518.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

 

 

Un de mes moments favoris... :wub:

 

 

 

Je profite pour vous faire part d'une annonce sur ebay à des prix relativement raisonnables (ce n'est pas moi qui les vends ^_^ ). Je les ai découvertes ce matin.

 

Voici les liens

 

http://cgi.ebay.fr/S...=item4ac3f190c0

 

 

http://www.ebay.fr/i...=item4ac3f190a8




#25939 Anime - Episode 43 - Le groupe de rock

Posté par Ange Capricieux on 05 avril 2013 - 20h15

Le problème de l'épisode 46 est qu'il est adapté d'une histoire du volume 06 du manga dans lequel Kyosuke et Madoka n'étaient pas encore proches. C'est pour cela que la situation est classique. Dans l'épisode de la série, la situation est certes classique mais il faut reconnaitre que Kyosuke et Madoka sont beaucoup plus liés (surtout dans la deuxième partie de l'épisode). Il me donnent l'impression de se conduire déjà comme un couple et ils essaient de cacher leur relation à Hikaru.

 

Concernant les épisodes 47/48, je ne les sens pas inachevés. Bien au contraire, pour moi, ils offrent une fin définitive où tout s'emboite. Madoka retrouve son premier amour. Kyosuke retrouve la Madoka qu'il a rencontrée le premier jour sur le grand escalier. Le chapeau de paille rouge revient en force pour rappeler l'amour atemporel et immuable de Kyosuke et Madoka. Les deux derniers épisodes montrent qu'ils sont unis par un amour qui transcende l'espace et le temps. Le cri d'amour de Kyosuke dans l'épisode 48 s'entend dans toutes les dimensions temporelles. Les deux épisodes montrent que Madoka et Kyosuke sont destinés à s'aimer. Ils  se retrouvent dans toutes les dimensions temporelles.

 

Les forces du destin reviennent en force. Au début de l'épisode 47, Kyosuke, sans le savoir, était présent au rendez-vous avec Madoka. Madoka attendait le Kyosuke de 6 ans auparavant. Le Kyosuke du présent était là pour honorer cette promesse...

 

Après cela, on a pas besoin de suite. Les liens entre Kyosuke et Madoka sont confirmés et scélés même si celle-ci doit aller aux US pour voir son père. On sait que rien ne pourra les séparer. Les deux épisodes suffisent pour conclure l'histoire d'amour. Ce n'est pas Ano hi Ni Kaeritai qui raconte la suite de l'épisode 48. Matsumoto lui même confirme dans une interview que la fin de la série est indépendante du film et du manga. Le premier film apporte une fin alternative au manga. D'ailleurs, la saga Shin KOR ignore les faits de l'épisode 48 (confession des pouvoirs et "second premier baiser" sous l'arbre des souvenirs.)

 

Pour moi, l'épisode 48 apporte un très beau final à l'histoire d'amour. C'est une fin totalement indépendante des autres supports (manga, films, romans).

 

Maintenant que j'y pense, je trouve que l'épisode 46 annonce très bien les deux derniers épisode par la phrase prophétique de Madoka: "So we meet again." C'est l'épisode qui évoque le paradis. Dans le lancement de cet épisode à la fin de l'épisode 45, Kyosuke dit vouloir s'unir avec Madoka avant d'entrer avec elle au paradis (je traduis de la version anglaise). C'est l'épisode où on les voit s'unir pour mourir ensemble et se retrouver au paradis. L'idée que Kyosuke et Madoka se retrouvent au Paradis confirme leur union céleste exprimée dans les deux derniers épisodes.

 

C'est peut être pour ça que les auteurs ont décidé de placer cet épisode juste avant les deux derniers.

 

 

paradis.jpg

Uploaded with ImageShack.us

 

 

09032013518.jpg

Uploaded with ImageShack.us




  • Loading Countdowns