Aller au contenu


Photo

La 1ère fanfic de Punch ! Et les suivantes...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
164 réponses à ce sujet

#1 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 14h45

Salut à tous!

Je crée mon premier topic pour vous parler d'un projet un peu fou : l'écriture d'une fanfic!

Cela faisait un moment que j'avais des idées qui me trottaient dans la tête, en fait depuis que j'ai terminé de visionner la série.

Je ne pensais pas vraiment écrire une fanfic mais en lisant "le Souvenir du Pouvoir" de CyberFred, je me suis dit pourquoi pas.

Je me suis donc lancé dans l'écriture de ma 1ère fanfic et en suis actuellement à la page 52.

De quoi cela parle me direz-vous?

J'avais tout simplement envie de raconter une suite possible à l'univers de KOR, un peu comme l'a fait Kenji Terada avec ses trois romans (en plus modeste bien sûr).

Niveau chronologie, je suis parti après la fin de Shin KOR cet été là. J'hésite encore à placer ma fanfic après le troisième roman car je ne les ai pas encore relut.

Pour l'instant, j'écris au fur et à mesure de mes idées, il y aura sans doute beaucoup de corrections à apporter.

Si mon projet vous intéresse, n'hésitez pas à répondre à ce topic. Comme cela je saurais si je dois vous parler de son évolution régulièrement ou pas.

Les encouragements sont les bienvenus. smile.gif

#2 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    149
  • 5 291 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 15h15

52 pages, c'est déjà pas mal.

D'après l'expérience personnelle de mes fanfics, ce sont les premières pages qui sont les plus difficiles à écrire, car après une fois que l'histoire est lancée, on trouve vite la suite.

A mon avis, le troisième roman de Shin Kor ne t'apportera rien sur la chronologie de KOR : la 1ère histoire se rapporte à un souvenir de Madoka avant qu'elle ne rencontre vraiment Kyosuke (je l'ai toutefois utilisé dans mes fanfics) et la 2ème histoire se déroule dans un monde fantaisiste mêlant Star Wars et Sailor Moon (cela paraît bizarre mais c'est ainsi !).

Peux-tu déjà en mettre un aperçu ici ?



Sky is the only limit

#3 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 15h56

Déjà une réponse, je suis ravi!

J'en ai déjà un peu discuté par mail avec CyberFred et je pensais lui en confier la lecture en premier.

Mais, je peux déjà vous donner un arpeçu des premières pages, excusez le style amateur je ne suis pas J.K Rowling. smile.gif

Chapitre 1

Cela fait plusieurs jours maintenant que je suis rentré de Bosnie. Les terribles événements que j'y ai vécu m'empêchent toujours de dormir correctement une nuit entière. Cependant, ce n'est pas cela qui m'inquiète le plus... Après avoir été accueillit si chaleureusement à l'aéroport par Madoka, celle-ci n'a pas donné de signe de vie depuis. Refusant de répondre au téléphone, je me suis rendu chez elle à plusieurs reprises sans pouvoir ne serait-ce qu'une seule fois l'apercevoir.

Ce matin, j'ai rendez-vous pour un entretien d'embauche au journal Asahi Shimbun, un grand quotidien national, afin de décrocher un poste de photographe dans leur rédaction.

N'ayant pas encore de maison à moi, j'habite toujours avec mon père, mes sœurs et Jingoro à la résidence Green House.

Encore à moitié endormi, je suis soudain réveillé par des voix à la fois familières et lointaines.

- Grand frère, réveille-toi! Tu vas être en retard à ton rendez-vous! Me dit alors Manami sur un ton inquiet.

- Grand frère, dépêche-toi, sinon je vais être obligée de me servir du pouvoir, poursuivit Kurumi toujours à la recherche d'une bonne excuse pour l'utiliser.

- MADOKA, pourquoi m'évites-tu? Que t'ai-je fais de mal? Répondis-je en pensant à ma bien-aimée.

- Tu l'auras voulu Kyosuke! dirent conjointement Manami et Kurumi avant de m'éjecter violement de mon lit avec leur technique habituelle.

- J'ai compris, j'ai compris! Je me prépare tout de suite! leur dis-je encore sous le choc.

- Nous t'avons préparé quelques sandwichs pour que tu ne perdes pas de temps à prendre ton petit-déjeuner. Surtout, n'oublie pas d'emmener ton book de photos comme te l'as dit Papa hier soir, c'est très important, dit Manami.

- Tu es toujours aussi étourdi grand-frère! Pas étonnant que Madoka ne souhaite plus te voir! dit Kurumi tout en me tirant la langue.

- Kurumi! répliqua Manami en colère.

- Désolé Manami, cela m'a échappé, répondit Kurumi en baissant la tête.

- Oui, oui, vous avez raison toutes les deux. Je vais me dépêcher, leur répondis-je d'un air résigné.

Mon père était parti très tôt ce matin pour son travail, et avais laissé la lourde tache à mes sœurs de me réveiller. J'avais eu la veille une longue conversation avec lui au sujet de l'importance de cet entretien, et surtout, des répercussions qu'il allait avoir sur mon avenir. Tout cela n'avais pas arrangé le stress qui me rongeait déjà fortement...

Après une rapide douche, je mis mon plus beau costume devant le miroir de la salle de bain tout en vérifiant ma coiffure et l'ajustement de ma cravate.

Emportant le sac de mon petit-déjeuner, je descendis en courant les escaliers de notre appartement pour prendre le bus. En route vers le journal, coincé dans les embouteillages matinaux, je ne pouvais m'empêcher de m'angoisser en regardant régulièrement ma montre.
J'aurais du utiliser le pouvoir me suis-je dit.

9h55, j'étais enfin arrivé au journal mais avec pratiquement une heure de retard! Essoufflé, je m'adressa tout de suite à l'accueil :

- Bonjour Mademoiselle, je suis Kasuga Kyosuke. J'avais rendez-vous avec Monsieur Matsumoto à 9h. Je suis vraiment navré d'être en retard, j'espère qu'il acceptera quand même de me recevoir, dis-je l'air gêné en me passant la main derrière la tête.

- Bonjour Monsieur Kasuga. Veuillez attendre un instant s'il vous plait que je vérifie... Oui, Monsieur Kasuga vous avez bien rendez-vous à 9h avec notre Directeur de la publication. Rassurez-vous, vous n'êtes pas en retard, il n'est que 8h55. Je le préviens tout de suite de votre arrivée, vous pouvez prendre l'ascenseur au fond à gauche du couloir. Son bureau est situé au 5ème étage, vous ne pouvez pas vous tromper, c'est la première porte que vous verrez à votre sortie de l'ascenseur, dit la secrétaire en me faisant un grand sourire.

- Je vous remercie infiniment Mademoiselle! Répondis-je soulagé à la secrétaire en m'inclinant.

Heureusement pour moi, mes sœurs avaient tout prévu, elles avaient avancé ma montre d'une heure!

Quelques instants après, je frappe à la porte de Monsieur Matsumoto.

- Oui? Vous pouvez rentrer, dit alors une voix d'âge mûr.

- Bonjour, je suis Kasuga Kyosuke. Vous êtes Monsieur Matsumoto je suppose?

- Ah! Monsieur Kasuga, je suis ravi de faire enfin votre connaissance! J'ai tellement entendu parler de vous après votre reportage photo sur la guerre en Bosnie et votre grand retour au Japon retransmis au journal télévisé.

- Monsieur Matsumoto, je ne me mérite pas tant d'honneur! Vous devenez surtout connaître mon nom par mon père Kasuga Takashi, qui si je ne m'abuse à déjà travaillé pour vous.

- Effectivement, votre père travaille ponctuellement pour notre journal dans le cadre de certains reportages. Je fais essentiellement appel à lui lorsque j'ai besoin de bonnes photos de paysages. Cependant, votre présence ici aujourd'hui n'est pas due à votre père mais plutôt...

C'est en plein milieu de sa phrase, que le directeur fut interrompu par une personne frappant à la porte. Le directeur s'attendait visiblement à l'arrivée d'une personne devant assister à notre entretien.

- Vous pouvez entrer Monsieur Kobayashi. Nous vous attendions, laissez-moi l'honneur de vous présenter : Monsieur Kasuga Kyosuke voici Monsieur Kobayashi Osamu, notre rédacteur en chef.

- Monsieur Kobayashi, je suis enchanté de faire votre connaissance. Je m'appelle Kasuga Kyosuke , dit je en m'inclinant respectueusement.

- Allons, allons, ne faites pas tant de manières Monsieur Kasuga puisque nous allons sans doute être amenés prochainement à travailler ensemble.

- Oui, justement, Monsieur Kasuga, avez-vous emmené votre book de photos avec vous? J'aimerais beaucoup l'examiner afin d'avoir un aperçu de vos talents en tant que photographe. N'est-ce pas aussi votre avis Monsieur Kobayashi?

- Cela pourrai effectivement être des plus intéressant, répondit Monsieur Kobayashi.

- Bien entendu Messieurs, un petit instant s'il vous plait.

Je mis alors à chercher dans mon sac, mais je n'y vis que les sandwichs que mes sœurs avaient préparé. Faisant un sourire gêné, je tournais le dos à mes interlocuteurs. Je n'avais plus le choix, je devais faire appel au pouvoir. Les yeux fermés, je me concentrais alors sur mon book, le visualisant mentalement sur la table basse du salon où je l'avais laissé. Et, en un instant, mon book arriva téléporté directement dans ma main droite.

- Le voici.

- Merci Monsieur Kasuga. Voyons voir un peu cela...

Les deux hommes se mirent alors à parcourir avec attention les pages de mon book. Mon père m'avais conseillé de mettre mes photos dans leur ordre chronologique afin de montrer l'évolution de mes qualités professionnelles en tant que photographe.

Les premières photos datent de l'année de mes 15 ans. Je me rappelle que mon père m'avait offert mon premier appareil photo juste au moment où nous venions d'emménager pour la septième fois. Mes premiers clichés étaient des photos de Madoka et d'Hikaru dans leur période rebelle. Elles ne sont pas très réussies car je les avais prises en cachette. Ce que je voulais surtout, c'était avoir une photo de la jeune fille qui m'avait offert son chapeau de paille rouge. Par la suite, j'ai pris discrètement quelques clichés de Madoka, capturant ainsi une partie de ses différentes expressions. J'ai aussi pris beaucoup de photos d'Hikaru toute seule, et en duo avec moi ou avec Madoka. J'en ai fait aussi quelques-unes où nous apparaissons tous les trois, mais ce n'est décidément pas facile de se photographier soi-même! Ce sont surtout des photos prises à l'école, durant nos excursions scolaires et nos vacances d'été à la mer. Il y a aussi quelques photos que j'ai pris à la maison pour m'entraîner. On y voit mon père, mes sœurs et même Jingoro, qui a beaucoup de difficultés à rester tranquille une minute.
Dans la suite de mon book, se trouvent des photos de Madoka et moi à Waseda lors de nos années universitaires. J'ai aussi une photo d'Hikaru, de Madoka et moi prise à la piscine lorsque j'ai voyagé vers le futur. Je voulais la retirer mais je n'ai pas pu, probablement par peur de la perdre, car c'est la seule photo que j'ai d'Hikaru adulte...
Il y a bien sûr une sélection des clichés les plus spectaculaires que j'ai pris lorsque j'étais en Bosnie. Je n'avais pas pris ces photos avec mon vieil appareil mais avec celui que Madoka m'avait offert pour mon premier grand reportage photo. C'était un appareil photo professionnel dernier cri. Je lui avais dit qu'elle n'aurait pas du, car il avait du lui couter très cher. Mais elle avait beaucoup insisté, sans doute espérait-elle qu'il agisse comme une sorte de talisman porte-bonheur. Maintenant, avec le recul que j'ai pris suite à ces événements, ces photos sont plutôt un mauvais souvenir que je souhaiterais oublier au plus vite.
Le book se termine par ma photo préférée : Madoka interprétant "Kyosuke n°1" au piano.

Le book terminé, les deux hommes s'adressèrent à moi, Monsieur Kobayashi pris la parole en premier :

- Mon cher Monsieur Kasuga, je ne vous connais pas, pourtant en feuilletant ce book, j'ai l'impression d'être l'un de vos proches, tant ces photos résument une partie importante de votre jeune vie. Je trouve vos clichés sur la guerre en Bosnie très bons mais ils sont plutôt froids et impersonnels. Vos portraits, par contre, bien que plus approximatifs dans leur cadrage, sont pour moi bien meilleurs comme si c'était votre véritable personnalité qui s'exprimait. Qu'en pensez-vous Monsieur Matsumoto?

- Félicitations Monsieur Kasuga, vos amies sont très charmantes, surtout en maillot de bain! Ah, ah, ah! Plus sérieusement, je n'y connais pas grande chose en photographie, et pour cela je m'en remet entièrement au jugement de Monsieur Kobayashi dans ce domaine.

- Je vous remercie de votre indulgence Messieurs. Je sais bien que je suis encore débutant en tant que photographe professionnel, et que je ne suis pas digne de travailler dans un journal aussi prestigieux que le vôtre.

- Vous êtes trop modeste Monsieur Kasuga, me répondit Monsieur Kobayashi. Mais, dites-moi : qui est cette charmante jeune femme qui joue du piano dans votre dernière photo?

- C'est ma fiancée Ayukawa Madoka, enfin pas officiellement, mais c'est tout comme... Enfin je l'espère, pensais-je tristement dans ma tête.

- Ayukawa! J'aurais du m'en douter! " s'exclama Monsieur Matsumoto, " Tout cela s'explique maintenant!

- Que voulez-vous dire Monsieur Matsumoto? Je ne comprends pas...

- Voyez-vous Monsieur Kasuga, Monsieur et Madame Ayukawa, les célèbres violonistes, vont bientôt entamer une tournée internationale d'un an. Ils acceptent de nous en confier la couverture en exclusivité pour le Japon. Mais à la condition sine qua non que vous en soyez le photographe officiel.

Je ne pus m'empêcher de mon montrer ma stupeur en restant bouche bée face aux propos que je venais d'entendre.

- C'est pourquoi, ne pouvant me permettre de rater un tel sujet, j'ai décidé en accord avec Monsieur Kobayashi, de vous embaucher. Je vous ai préparé un contrat à durée déterminée d'un an afin que vous puissiez suivre les Ayukawa dans leur tournée. Considérez cela comme une période d'essai. Et, si je suis satisfait de votre travail, je pourrai vous embaucher définitivement dans notre journal. Alors, qu'en pensez-vous Monsieur Kasuga?

- Je ne sais quoi vous dire Monsieur Matsumoto, si ce n'est que j'accepte avec grande joie. Je vous remercie du fond du cœur, ainsi que vous Monsieur Kobayashi, de m'accorder votre confiance pour ce travail.

- Très bien Monsieur Kasuga, j'étais persuadé que vous alliez accepter notre proposition. C'est pourquoi, j'ai fait préparer à votre attention votre billet d'avion pour New York, ainsi qu'une avance de 500 dollars sur votre salaire pour vos premiers frais.

- Qu'en est-il de mon hébergement, et comment vous faire parvenir mes photos?

- Ne vous en faites pas, tout à été prévu. Vous serez logé à chaque déplacement dans le même hôtel que Monsieur et Madame Ayukawa. Nous vous confions, à titre de prêt, cet appareil photo numérique ainsi que cet ordinateur portable. Vous nous enverrez vos photos accompagnés d'un commentaire par courrier électronique. Bien sûr, vous savez comment utiliser ce matériel Monsieur Kasuga?

- Oui, bien sûr, Monsieur Matsumoto, répondis-je sans trop de conviction.

Je mentais, car je ne savais pas du tout m'en servir. La technologie et moi somment fâchés. Un peu comme si c'était une langue étrangère dont je ne comprenais que quelques mots. Qui plus un matériel aussi récent ne pouvait pas être dans mes moyens de photographe professionnel débutant. Cependant, j'avais déjà vu plusieurs fois Madoka se servir de son ordinateur portable lorsqu'elle compose sa musique. Je comptait bien lui demander un coup de main, ce qui me donnerait une bonne raison de la voir.

- Voilà Monsieur Kasuga, tout est réglé de mon côté. Je vous confie aux bons soins de Monsieur Kobayashi, il va régler avec vous les derniers préparatifs de votre départ. Si vous avez des questions particulières n'hésitez pas, il sera votre intermédiaire avec le journal durant toute la durée de votre reportage. Sur ce, je vais vous demander de bien vouloir m'excuser, j'ai encore beaucoup de travail qui m'attend. Je vous souhaite un bon voyage, je suis persuadé que vous ferez de l'excellent travail.

- Je vous promets de faire de mon mieux afin de ne pas décevoir vos espérances Monsieur Matsumoto.

Sur ces mots, Monsieur Matsumoto me tendit la main que je m'empressât de serrer vigoureusement. Je suivis ensuite Monsieur Kobayashi dans son bureau afin de régler les détails administratifs.


Voili, voiloù, pour la suite vous attendrez que j'ai atteint la fin.

Copyright Punch of course smile.gif

#4 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    149
  • 5 291 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 18h08

Pas mal, on sent bien revivre les personnages avec leurs caractères respectifs.

Une chose m'intrigue : comment a-t-il pu faire et garder une photo du trio à la piscine de l'hôtel lors de son voyage dans le futur ?


Sky is the only limit

#5 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 18h32

Merci, pour ces compliments.

En fait , j'ai joué la carte de la facilité pour commencer. J'ai voulu partir d'une situation familière pour démarrer mon histoire.

J'avoue que la photo de la piscine est plutôt difficile à justifier. Je pensais surtout à transformer le book de Kyosuke en album souvenir des événements les plus marquants de sa vie.

Le plus gros problème de ce premier chapitre, et pourtant évident, n'est pas celui-ci.

En fait, les Kasuga n'habitent plus Green House...

Comme je l'ai dit au début de mon topic, il y aura des corrections à faire!

#6 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    149
  • 5 291 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 19h15

Je suis tellement habitué à Green House (ou Green Castle) que je n'avais pas fait attention.

J'ai déjà fait pareil : partir d'une situation familière pour ensuite entraîner le lecteur vers une situation insolite.

Si on s'en refère au film Shin KOR. Quand Kyosuke voyage dans le futur, il découvre qu'il n'habite plus Green House.

Et si on lit le 2ème roman, Kyosuke habite désormais chez Madoka après son retour de Bosnie.

On ne sait pas où ont déménagé les Kasuga, là tu es libre d'utiliser ton imagination, mais il y a de fortes chances qu'ils soient restés dans la même ville.
Sky is the only limit

#7 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 03 septembre 2011 - 20h27

Je pense que je vais inventer un truc pour le domicile des Kasuga, en tout cas ils restent à Tokyo!

Je ne me rappelais plus que Kyosuke habite chez Madoka dans le 2ème roman, cela va me poser des difficultés pour ce que j'avais en tête...

Côté imagination je pense que la suite devrait vous plaire smile.gif

Wait and see

#8 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 05 septembre 2011 - 13h44

Un petit up, pour dire que j'ai atteint la page 59.

Je m'approche de la phase finale de ma fanfic, l'événement déterminant de celle-ci. Non, non je ne dirais rien même sous la torture cool.gif

Je ne pense pas atteindre les 100 pages dans cette version sans corrections.

J'attaquerais mes corrections, chapitre par chapitre, une fois que j'aurais écrit le mot fin.

Pour l'instant je vais aller jusqu'au bout de ma story line, en tapant au kilomètre.

S'il y a des amateurs, je peux toujours poster le chapitre 2 smile.gif

#9 Jingo

Jingo

    Chadministrateur

  • Administrateur
  • Réputation
    66
  • 2 405 messages
  • Genre:>^-^<

Posté 05 septembre 2011 - 13h54

Belle initiative Punch et bon courage pour la suite, les fans sont toujours friands de nouvelles aventures KOResques smile.gif.

login_logo.png
? | Pour tout support lié à l'utilisation du forum, n'hésitez pas à formuler votre demande ici |

#10 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 05 septembre 2011 - 15h01

Merci, merci, les encouragements sont toujours les bienvenus smile.gif

Je cherche surtout à me faire plaisir en écrivant la suite que j'aimerais lire ou voir adaptée un jour (soyons fous!).

Mais si je peux en faire profiter les autres c'est que du bonus!


#11 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    149
  • 5 291 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 05 septembre 2011 - 19h59

QUOTE (Punch @ 05 Sep 2011 14:44)
Je ne pense pas atteindre les 100 pages dans cette version sans corrections.

C'est marrant cela, tu vises aussi les 100 pages en référence au nombre de marches du grand escalier. Je m'étais fixé cet objectif pour mes Color Books uniquement pour le Livre Jaune (Kyosuke) et le Livre Rouge(Madoka). Les autres sont plus courts mais encore inachevés. J'espère avoir le temps de les finir.


Un petit aperçu du 2ème chapitre, S.V.P.
Sky is the only limit

#12 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 05 septembre 2011 - 20h05

Non, je ne pensais pas spécialement à la symbolique du 100. Peut-être simplement le fait de passer de la dizaine de pages à la centaine.

C'est juste pour donner une idée de la longueur finale de mon histoire smile.gif

#13 Eric

Eric

    Super Fan de KOR

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • Réputation
    4
  • 331 messages
  • Genre:
  • Localisation:Grenoble

Posté 05 septembre 2011 - 20h38

Franchement quand on commence à lire ce début de fanfics on n'attend qu'une chose: lire la suite!!!!!lol J'aime beaucoup ton style d'écriture et le fait d'encrer l'histoire après les deux films. Je me demande bien ce que va nous réserver la suite, j'ai hâte de le découvrir!
Tu comptes faire un seul "livre" d'une centaine de pages ou plusieurs?
C'est un pur plaisir de continuer d'écrire l'histoire, tu as vu?!
Cela fait déjà plus de 4 ans que je m'y suis lancé avec mes 155 épisodes et je ne me lasse pas le moindre du monde, au contraire, j'ai encore plus d'idées!!
T'inquiète pas, notre cher Matsumoto-sama est en train de se mettre au français et va tous nous engager pour faire la suite de KOR!
Je te souhaite bon courage pour la fin de ton écriture, c'est le plus dur, mais le plus excitant! Continue comme ça, c'est du bon boulot !!!!!!

#14 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 05 septembre 2011 - 21h12

Merci Eric, tout ces compliments me gênent blushing.gif

Comme j'écris la suite, je pense que je vais inclure toute mes idées dans une seule fanfic.

Cela ne veut pas dire que je n'en ferais pas éventuellement d'autres mais simplement que celle-ci apportera une conclusion importante.

J'ai un titre provisoir en tête, mais il est beaucoup trop révélateur et pas assez bon à mon goût.

Voici un petit cadeau bien mérité le chapitre 2!!!

Chapitre 2

C'est demain que je dois partir pour New-York rejoindre les parents de Madoka. Je n'ai pas osé essayer de la revoir car je pensais qu'elle était fâchée avec moi. Néanmoins, je tenais absolument la voir ne serait-ce qu'une minute avant que nous ne soyons séparés durant une année entière.

Tout en terminant de faire mes bagages, mon habituelle indécision m'empêchait de prendre une décision : devais-je lui téléphoner, ou bien passer directement la voir chez elle... Elle devait sans nul doute être au courant de mon départ.

C'est alors que le téléphone retentit, je me précipita aussi pour répondre :

- Résidence Kasuga, bonsoir.

- Bonsoir Kyosuke, c'est moi, Madoka.

- Madoka! Je suis si heureux d'entendre le son de ta voix! Cela fait un moment que j'essaye de te joindre...

- Kyosuke, j'ai besoin de te parler, c'est très important. Peux-tu venir dîner chez moi ce soir, je nous ai préparé un petit repas rien que pour nous deux?

- Evidemment Madoka, je ne saurais refuser une pareille invitation!

- Très bien Kyosuke, je t'attends.

Sur ces mots, Madoka raccrocha le téléphone sans que j'eusse le temps de lui répondre.

J'enfila rapidement le costume que j'avais mis la dernière fois lors de mon entretien au journal et fonça le plus rapidement possible sur mon scooter chez Madoka.

Je ne pouvais pas y aller les mains vides, cela n'aurait pas été correct. Je me demandais quoi lui apporter : du vin ou des fleurs. Connaissant le penchant de Madoka pour l'alcool, je ne pouvais pas lui apporter du vin, alors je lui acheta un bouquet de roses rouges en chemin.

Arrivé à la porte de chez Madoka, je ne pu m'empêcher de déglutir, me demandant si cela allait bien se passer avec elle.

Je sonna à la porte, Madoka l'air sévère m'ouvrit aussitôt :

- Madoka, je...

- KASUGA KYOSUKE! A peine avait-elle prononcé mon nom, qu'elle me donna une violente gifle me projetant à terre. Elle n'avait en rien perdu de sa force légendaire. Sans que j'eusse le temps de lui répondre elle poursuivit :

- Comment as-tu pu me faire cela? Pourquoi m'as tu laissée toute seule pour partir faire ces dangereuses photos en Bosnie? Sais-tu seulement que je n'ai pas dormi une seule nuit pendant que tu étais partis? Je... Madoka ne pu s'empêcher de pleurer tant l'émotion la submergeait.

Me relevant précipitamment, je la pris dans mes bras et l'embrassa tendrement sur les lèvres. Notre baiser me sembla durer une éternité, la douceur de ses lèvres conjuguée au goût salé de ses larmes m'enivra complètement.

- Madoka, mon ange capricieux, ne pleures plus je suis là avec toi. Je sais maintenant que mon comportement n'était que pure inconscience. Mon pouvoir m'est monté à la tête, je me croyais invincible. Pourras-tu seulement me pardonner?

- Kyosuke, Kyosuke, promets-moi que tu ne commettras plus jamais de pareille folie. Tu sais, toi qui me connaît mieux que quiconque, que je ne suis pas aussi forte que j'en ai l'air. Je ne pourrai te survivre si tu venais à disparaître...

- Au nom du clan Kasuga je t'en fais le serment, Madoka. Tiens je t'ai apporté un bouquet de roses, elles sont un peu écrasées maintenant...

- Je te remercie Kyosuke, elles sont magnifiques. Je vais les mettre tout de suite dans un vase.

- Mais, dis-moi, tu ne nous avait pas mitonné un bon petit dîner?

- Oh! Tu as raison Kyosuke, j'avais complètement oublié! Rentrons vite, le dîner va refroidir!

Avec toutes ces émotions, je n'avais même pas remarquée la magnifique robe noire que portait Madoka ce soir-là. Elle s'était visiblement préparée spécialement en mon honneur. Elle portait un léger maquillage discret comportant du rouge à lèvres et du mascara noir intensifiant un peu plus son envoutant regard vert émeraude. Elle portait les boucles d'oreilles dorées que je lui avait offertes pour son dernier anniversaire, ainsi qu'un élégant collier de perles blanches. Le haut de sa robe était décolleté en V, soutenu par de fines brettelles sur ses épaules nues. Sa longue jupe, touchant presque le sol, fendue sur la cuisse gauche laissait apparaître l'avant de ses jambes depuis les genoux jusqu'aux pieds. L'ensemble était complété par des talons aiguilles assortis à la robe.

Nous passâmes tout de suite à table, Madoka nous avait préparé un véritable festin, mais je n'avais d'yeux que pour elle. Le fil de mes pensées fut soudain interrompu par l'intervention de Madoka :

- Kyosuke, tu ne manges pas? Tu n'aimes pas ce que je t'ai préparé?

- Excuse-moi Madoka, j'ai l'impression que cela fait une éternité que je ne t'ai vue, alors je n'ai même pas fait attention à ce qu'il y avait dans mon assiette.

Madoka très touchée, ne put s'empêcher de rire de gêne.

- Tout à l'heure, je n'ai pas pu bien te voir, mais je tiens à te dire que je te trouve plus en beauté que jamais dans cette robe, enchaînais-je sans qu'elle n'eu le temps de me répondre.

- Kyosuke, vil flatteur, je te remercie de ces compliments. Il est vrai que je me suis donné beaucoup de mal pour te plaire... Mais j'ai passé la journée à préparer ce repas, alors tu n'as pas intérêt à en laisser une miette! L'expression que Madoka avait sur son visage à ce moment-là était sévère, mais le ton de sa voix et son regard pétillant disaient le contraire.

- Tout ce que tu as préparé m'a l'air tout à fait délicieux, digne des meilleurs restaurants! Cela tombe bien j'ai une faim de loup!

Alors que nous venions de terminer ce succulent repas, je ne pouvais m'empêcher de penser que Madoka ferait une excellente épouse.

- Tu as l'air préoccupé Kyosuke, quelque chose ne va pas? C'est au sujet de ton travail?

- Oui, en fait, je suis bien embêté avec le matériel que le journal m'a confié, je ne suis pas sûr de savoir m'en servir... C'était un petit mensonge, mais je ne pouvais dévoiler le fonds de mes pensées à Madoka.

- Tu devrais pourtant bien t'en sortir, je t'avais expliqué pas mal de chose en informatique lorsque nous étions à l'université... Ou alors aurais-tu tout oublié? Cela ne m'étonnerait pas de toi en même temps!

- Désolé, Madoka. Si nous n'étions pas allés ensemble à l'université, je pense que je n'aurais jamais eu mon diplôme. Tu m'as toujours tellement aidé, moi qui étais parmi les plus nuls au lycée...

- C'est d'accord, je vais t'aider. Ah! Qu'est-ce que je ne ferais pas pour toi mon petit Kyosuke!

Madoka m'expliqua alors longuement comment utiliser l'ordinateur portable pour envoyer mes photos au journal via un compte de messagerie par Internet. Je savais qu'elle communiquait régulièrement avec Hikaru par ce biais, mais elle n'aimait pas trop en parler avec moi.

- Voilà, je n'ai plus rien à t'apprendre. Tout le reste, tu le découvriras par toi-même au fur et à mesure de tes besoins. Comme je sais que tu as une mauvaise mémoire, je te confie ce petit bloc-notes. Je t'y ai noté toute la procédure pas à pas. Même toi, tu devrais arriver à t'en sortir!

- Je vous remercie infiniment Ayukawa-sensei. Mais il y a encore autre chose qui me tracasse... Je me demandais si c'était toi qui avait poussé tes parents à me choisir pour leur tournée?

- Non, enfin pas directement...

- Que veux-tu dire par là?

- Disons, pour faire simple, que j'ai du leur parler de toi afin qu'ils arrêtent de m'embêter avec leurs idées de mariage arrangé. Ils m'ont envoyé, à plusieurs reprises, des photos de prétendants qui sont, selon leurs dires, de "bons partis".

- Cela m'étonne de leur part, alors qu'ils se sont si peu préoccupés de toi durant ces dernières années...

- Tu oublies qu'au lycée ils voulaient déjà que je les rejoigne pour aller habiter avec eux aux Etats-Unis.

- Comment pourrais-je l'oublier! J'ai bien cru à ce moment-là que je n'allais plus jamais te voir...

- Ils m'ont aussi rabâché que je faisais partie d'une famille mondialement connue, et qu'une jeune femme de mon âge se devait de trouver un époux à la hauteur. C'est alors que je leur ai dit que j'étais éperdument amoureuse de toi, et que je n'envisageai en aucune façon de me marier avec quelqu'un d'autre.

- Madoka, tu t'es donc fâchée avec tes parents pour moi? Je suis si heureux! Je ne pensais pas que tu pouvais m'aimer aussi fort... Je comprends tout maintenant : tes parents souhaitent que je les accompagne toute une année afin de voir si je suis digne d'être leur gendre.

- Sans l'ombre d'un doute. Ils ont placé la barre très haut, tu as intérêt à être irréprochable si tu veux espérer leur plaire.

- Je ferais de mon mieux, cette opportunité est la chance de ma vie.

- C'est bien cela qui m'inquiète : tu es capable du meilleur comme du pire.

- Tu veux parler de mes dons familiaux? Je te promets de ne m'en servir qu'en cas de vie ou de mort.

- Non pas spécialement, je pensais plutôt à ton autre don naturel : celui de t'attirer des ennuis.

- Ah ah ah! Il est vrai que je suis particulièrement doué dans ce domaine.

- Ah, ah, ah!

Après un moment de fou rire partagé, Madoka reprit d'un ton solennel :

- Kyosuke, tu ne dois pas te mettre trop la pression : quelque soit l'opinion que puisse avoir mes parents à ton sujet, je ne cesserais jamais de t'aimer! Je n'ai pas peur d'eux, si je dois me fâcher avec eux cela m'est bien égal!

- Madoka, tu as tellement changé. Tu n'étais pas aussi expressive dans tes sentiments auparavant!

- C'était avant que tu ne partes en Bosnie, j ne peux plus me le permettre désormais. J'y ai beaucoup réfléchie ces temps-ci. Si "ton toi" du passé n'était pas venu pour t'aider nous ne serions pas ensemble aujourd'hui! Je suis restée calme en sa présence car il n'était nullement responsable de ton comportement. Je ne voulais pas qu'il garde une mauvaise image de la Madoka du futur.

- Je comprends, tu as toujours été d'une très grande sagesse.

- A présent, je suis de tout cœur avec toi dans la difficile épreuve qui t'attends. Tu vas certainement rencontre beaucoup de jolies femmes durant l'année à venir. La seule chose que je te demande c'est de m'être fidèle!

- Faisons un marché : je ne regarde pas les autres femmes, et toi tu me promets d'arrêter de boire et de fumer.

- Comment le sais-tu? Tu es aussi capable de lire dans mes pensées?

- Non, pas du tout. Ce n'est que de la simple observation : j'ai tout de suite eu mal à la gorge à cause de la fumée dès que je suis rentré chez toi. Quand à l'alcool, regarde cette bouteille de vin, elle est pratiquement vide et je n'en ai bu qu'un seul verre lorsque nous avons trinqués ensemble.

- Je ne peux décidément rien te cacher, Kyosuke... C'est d'accord, marché conclut.
Madoka regarda alors sa montre, il était déjà 23h00. Il est tard Kyosuke, tu dois te lever tôt demain matin. Je suis désolé, j'ai beaucoup de travail en ce moment, je ne pourrais t'accompagner à l'aéroport. Nous devons nous quitter maintenant.

- Mais Madoka, je pensais rester un peu plus longtemps avec toi ce soir...

- Je vois très bien ce que tu as en tête, petit pervers! Je ne suis pas une femme qui se donne aussi facilement! Tu n'auras rien d'autre qu'un petit baiser d'au revoir!

Sur ces derniers mots, Madoka me raccompagna rapidement jusqu'à l'entrée. Sur le perron, nous échangeâmes un dernier baiser langoureux. Et, d'un petit signe de la main, les larmes aux yeux, nous nous dîment au revoir.

C'est ainsi que le cœur lourd, je rentrais à la maison. Je quittais ma bien aimée dans l'espoir de pouvoir la revoir le plus rapidement possible.


Voilà, il faudra encore plus me complimenter pour avoir la suite! biggrin.gif

#15 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    149
  • 5 291 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 06 septembre 2011 - 05h45

QUOTE (Punch @ 05 Sep 2011 22:12)
Voilà, il faudra encore plus me complimenter pour avoir la suite! biggrin.gif

Je pense que je vais m'arrêter de te demander la suite. Tu es sur de bons rails et par expérience personnelle, je crains un risque de casser ton inspiration si on t'oblige à publier par à-coup, surtout si tu veux ménager tes effets.

Je préfère désormais attendre que tu aies écrit le tout (même dans une version provisoire) pour redemander un aperçu.

Mais les autres peuvent avoir un avis différent.
Sky is the only limit

#16 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 06 septembre 2011 - 08h31

Merci pour ces bons conseils Tcv smile.gif

Je n'avais pas l'intention de tout publier sur le forum, je voulais tester la température des fans de KOR par rapport à mon travail.
Je suis d'un naturel pessimiste et j'ai tendance à toujours sous-évaluer ce que je fais. Donc je cherche tout simplement à me rassurer en recherchant des compliments.

J'ai eu beaucoup d'idées qui me sont venues au fur et à mesure et je n'ai aucune envie de me les faire "pirater".

Je m'astreins d'ailleurs à ne pas lire les travaux des autres pour ne pas leur prendre involontairement des idées ni pour modifier mon style d'écriture.

J'attends d'avoir fini ma fanfic pour lire ce que font les autres fans.

Dès que j'aurai terminé, j'enverrai ma fanfic à CyberFred pour une première lecture globale. Si c'est publiable en l'état je l'autoriserai à la mettre à disposition sur son site dans une version beta.

Mais je continuerais quand même à donner des infos sur la progression de mon "oeuvre" smile.gif



#17 tcv

tcv

    KORiste

  • Modérateur
  • Réputation
    149
  • 5 291 messages
  • Genre:
  • Localisation:Région parisienne

Posté 06 septembre 2011 - 22h07

QUOTE (Punch @ 06 Sep 2011 09:31)
Je suis d'un naturel pessimiste et j'ai tendance à toujours sous-évaluer ce que je fais. Donc je cherche tout simplement à me rassurer en recherchant des compliments.

Je suis pareil.
Toutefois je recherche plus les critiques constructives que les compliments afin de vraiment améliorer ce que j'écris.
Sky is the only limit

#18 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 06 septembre 2011 - 22h47

Les critiques constructives sont toujours les plus difficiles à avoir sad.gif

En général, les gens disent j'aime ou j'aime pas mais ne disent jamais pourquoi!

J'espère tout de même en avoir plein ici quand j'aurais livré la fin de ma fanfic smile.gif

#19 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 07 septembre 2011 - 10h43

Voici deux petites mises à jour pour les "erreurs" du premier chapitre.

Tout d'abord pour la maison des Kasuga :

[Cela fait plusieurs années maintenant que nous n'habitons plus la résidence Green House. Non, notre huitième déménagement n'est pas du à un énième incident lié au Pouvoir, mais à la volonté de notre père. Il s'était soudainement pris de fièvre pour le grand reportage (fièvre contagieuse qui a aussi faillit me couter la vie!). Ses revenus ayant largement augmenté, il décida d'acheter une maison comportant une pièce plus grande pour le développement de ses photos (il refuse obstinément de passer à la photo numérique) et un garage privatif pour sa voiture. Le changement majeur fut surtout pour Manami et Kurumi qui avaient enfin chacune leur chambre personnelle. Il fallut néanmoins une période d'adaptation pour Jingoro, même s'il ne cherchait plus à s'enfuir comme par le passé. Notre nouvelle maison se situe plus loin dans le même quartier, mais je ne peux m'empêcher de me rendre régulièrement au grand escalier si chargé de souvenirs...]

Et pour le problème de la photo de la piscine :

[Souhaitant immortaliser ce moment, j'avais acheté un appareil photo jetable à la boutique de l'hôtel. J'avais pris trois clichés pour chacun de nous, et j'avais remis l'appareil à la Madoka du futur pour qu'elle les fasse développer.]

Cela m'a pris cinq minutes smile.gif

#20 Punch

Punch

    inKoruptible

  • Modérateur
  • Réputation
    187
  • 3 489 messages
  • Genre:
  • Localisation:Banlieue parisienne

Posté 09 septembre 2011 - 20h28

Voilà j'approche de la fin. J'en suis à la page 72 et m'apprête à écrire l'épilogue de ma fanfic.

Pff, cela devient de plus en plus dur au fil des pages. J'ai l'impression que mes premières pages étaient bien meilleures que celles que je viens d'écrire sad.gif

J'en suis pourtant à la partie la plus intéressante et je pensais que tout ce qui à précédé n'était que du remplissage.

En fin de compte, le plus important dans une histoire, ce n'est ni le début ni la fin mais le chemin que l'on a accomplir.

C'est sans doute pour cela que je suis souvent insatisfait par les fins proposées par certains auteurs.

Punch, le philosophe de la création wiseman.gif




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

  • Loading Countdowns